PSG puis ASSE : Angers sature avec l’arbitrage

Getty

Drôle de soirée à Geoffroy-Guichard, ce vendredi. Chaotique puis finalement heureuse pour Saint-Etienne, qui a retrouvé espoir grâce au point arraché face à Angers (2-2) malgré les incidents provoqués par les supporters en début de match, et belle puis finalement triste pour le SCO, encore une fois rattrapé… sur un but litigieux.

Les hors-jeux et la poussette…

Face au Paris Saint-Germain (1-2), lors de la précédente journée, Angers avait déjà très peu gouté au penalty obtenu par Mauro Icardi (malgré une faute de l’Argentin au départ de l’action, ndlr). Le club l’avait fait savoir, avec vigueur, et le patron de l’arbitrage français, Pascal Garibian, lui a donné raison par la suite. Le fera-t-il encore une fois ? Dans Le Chaudron, l’action de l’égalisation conserve un goût amer pour le SCO.

À lire - Affaire de la sextape : Benzema fixé le 24 novembre

Pour Thomas Mangani, le but égalisateur inscrit par Mickaël Nadé dans le temps additionnel n’aurait jamais dû être validé. Tout d’abord, le vétéran angevin estime que le corner fatal au SCO n’aurait pas dû être accordé en raison de plusieurs hors-jeux constatés sur le coup franc qui l’a précédé. Sans oublier la poussette du buteur sur Vincent Manceau…

"On ne peut rien dire de toute façon"

"Il y a quatre hors-jeux sur le coup franc, a pesté l'Angevin au micro de Prime Video. Honnêtement, je n'ai pas de mot. Je ne sais pas ce qu'ils font (les arbitres, ndlr). On s'arrache tout le long du match et on se fait avoir comme ça à la 90e. C'est comme ça, on ne peut rien dire de toute façon."

Des mots qui ressemblent à ceux prononcés par Romain Thomas la semaine dernière au Parc des Princes. Et on peut comprendre les Angevins - malgré tout 4es avec une petite unité de retard et un match d’avance sur le dauphin lensois -, dont le début de saison plus que prometteur aurait pu mériter davantage de points.