Manchester City - Guardiola : "Nous sommes des enfants dans cette compétition"

Getty Images
C'est avec une grande prudence que Pep Guardiola a abordé la seconde manche contre Schalke 04, qui se déroulera ce mardi (21h).

L'élimination du Paris Saint-Germain n'est pas passée inaperçue aux quatre coins de l'Europe.

Manchester City, également considéré comme une nouvelle superpuissance dans le paysage européen, a l'habitude de se prendre les pieds dans le tapis durant les grandes batailles à élimination directe de cette compétition, malgré des ambitions à la hauteur de ses moyens. Pour cela, Pep Guardiola ne souhaite surtout pas tirer de plans sur la comète.

Son équipe s'est imposée en Allemagne face à Schalke 04 (2-3) en huitième de finale aller, non sans avoir été bousculée par le club de la Ruhr. Après cette première manche, l'ancien coach du Barça avait même lâché que son équipe "n'est pas prête pour gagner la Ligue des champions", ne cachant pas son agacement devant les grossières erreurs de ses joueurs.

"Nous avons de la chance aujourd'hui d'être devant sur le score de 3-2 alors que nous pourrions être menés 3-1 ou 4-1. Il y a du travail à faire, il faut rester calme et concentré", a-t-il souligné ce lundi après-midi en conférence de presse de veille de match.

VIDEO - Guardiola : "Je n'irai pas à la Juventus les deux prochaines saisons"

L'article continue ci-dessous

Guardiola n'a pas hésité à reprendre l'exemple du Paris Saint-Germain, éliminé à la surprise générale par Manchester United (1-3), mais aussi celui du Real Madrid, le tenant du titre, balayé par l'Ajax Amsterdam (1-4) après s'être imposé au Pays-Bas. "La semaine dernière, nous ne nous attendions pas à ce que le PSG ou le Real Madrid sortent. Un carton rouge, un but à la première minute, tout peut arriver en 90 minutes. Aujourd'hui, je suis assis ici en pensant que nous avons encore du travail à faire".

Interrogé enfin sur le statut de son équipe, Pep Guardiola estime que ce n'est pas parce que certains cadors sont tombés que Manchester City devient subitement tête de série. L'Espagnol appuie sa démonstration en faisant référence au manque de culture européenne du club anglais. "Nous sommes des enfants dans cette compétition, c'est ce que je ressens. Ce ne sont pas des excuses, bien sûr que nous voulons gagner. Les gens qui pensent que parce que le Real Madrid est sorti, cette compétition sera facile, ne comprennent toujours pas ce qu'est cette compétition".

Des propos confirmant sa sortie médiatique la semaine passée, où le manager de Manchester City avait rappelé que son club ne doit pas susciter trop d'attentes. "Sur la dernière décennie, l'une des équipes qui a le plus grandi est celle de Manchester City. Pas seulement dans notre période (ensemble), mais au cours de la dernière décennie. En comparaison avec le Barca, nous sommes loin de leur histoire et de leur héritage. Mais ce que nous faisons, c'est de mieux en mieux. Mon humble avis est que nous avançons petit à petit et que nous nous améliorons à chaque fois. Nous avons remporté deux titres consécutifs [Coupe EFL], nous avons gagné 100 points, nous luttons pour tous les titres. Dans les années à venir, ce sont les meilleures mesures. Quand vous comparez avec Barcelone, le Real Madrid et le Bayern Munich, ils ont une histoire incroyable de résultats. Nous ne sommes pas là".

Fermer