LOSC, Osimhen : "Je n'ai jamais abandonné"

Commentaires()
Getty Images
Révélation de Lille en ce début de saison, l'international nigérian est revenu sur son parcours et son enfance difficile.

Arrivé cet été à Lille en provenance de Charleroi, Victor Osimhen a conquis tout le monde dans le Nord de la France, et même dans l'ensemble de l'Hexagone. Auteur de six buts en huit matches de Ligue 1, le champion du monde U17 ne cesse d'impressionner. Ce mercredi, le peuple lillois attendra beaucoup de son attaquant qui va disputer son deuxième match de Ligue des champions face à Chelsea. Pour en arriver jusqu'ici, Victor Osimhen a dû batailler. Dans une interview accordée à France Football, l'attaquant de 20 ans est revenu sur son parcours.

Chelsea, Frank Lampard se méfie du LOSC

"Le football ça fait partie de moi. Depuis que le football est devenu mon seul moyen de survivre. (...) Je pense très souvent à d'où je viens et où je veux aller. J'ai encore beaucoup de chemin à faire. Quand je pense à Olusosun... Ce n'est pas un endroit qui vous offre des promesses. Mais je n'ai jamais abandonné. Le chemin de ma vie n'a jamais été facile. Quand je reviens chez moi ou lors de mon temps libre, je réfléchis à comment j'en suis arrivé là, la petite célébrité que je dois gérer. Je lis aussi", a indiqué l'international nigérian.

Victor Osimhen s'est confié sur son enfance très compliquée au Nigeria : "J'ai perdu ma maman en octobre, je ne me rappelle même plus l'année. J'étais petit. Trois mois plus tard, mon père a perdu son boulot. Ça a été très dur pour notre famille. Mon frère vendait des journaux de sports, ma sœur, des oranges dans la rue et moi, des bouteilles d'eau à Lagos au milieu du trafic. Il faut survivre donc on s'est serré les coudes. Le soir, on se retrouvait tous et on rassemblait l'argent sur la table. On donnait tout à notre grande sœur et elle faisait à manger et organisait tout. Une partie de ma vie a été un combat pour survivre. Mais c'est tout ce que je suis aujourd'hui au final. C'est difficile de classifier tout ça mais chaque évènement a créé ma personnalité".

"C'était de la survie"

Lille's Victor Osimhen vs Strasbourg

"Là où j'ai grandi, les gens vivent de l'autre côté d'une décharge à ciel ouvert. Avec mes amis, on y allait tous les vendredis ou dimanches pour trouver des crampons et des chaussures. On y restait longtemps. C'était marrant ! Nous, on voyait ça comme un jeu mais quand tu y penses... C'était sans cesse un combat. On se cherchait des crampons. Parfois, tu vois, tu te retrouvais avec une Nike au pied droit et puis tu te mets à chercher l'autre pied... Et finalement, tu trouves le pied gauche et c'est une Reebok ! Ma sœur rafistolait tout et c'était bon. C'était de la survie", a ajouté l'attaquant du LOSC.

L'article continue ci-dessous

Galtier : "Rien de plus frustrant que de ne pas montrer son niveau en C1"

Victor Osimhen a évoqué son obsession du but et la conception du poste d'attaquant : "Je ne sais pas que marquer. À Charleroi, j'ai fait quatre ou cinq passes décisives l'an passé. Je sais aussi servir mes coéquipiers. Pour moi, c'est une obsession de marquer. Comme attaquant, si tu ne scores pas, tu es hors sujet. Chaque match je veux marquer et faire gagner l'équipe. Parce qu'il ne faut pas oublier qu'un but a moins de saveur quand tu perds. C'est important en tant qu'attaquant parce que l'équipe dépend de toi".

L'attaquant de Lille est conscient que les défenses se sont et vont se resserrer en Ligue 1 : "Le deuxième match contre Amiens, j'ai senti la différence. Mais si je suis à mon top, je n'ai peur de personne. Tu sais, quand j'étais gamin, je ne jouais pas avec des mecs de mon âge. Ils étaient plus vieux, plus grands. Je prenais des coups de coude, on me poussait, j'en ai ramassé des coups de pied dans les chevilles... Je suis prêt à tout ça".

Osimhen : "Un honneur d'être comparé à Pépé"

Fermer