News Résultats en direct
Borussia Dortmund

Interview - Axel Witsel : "J'ai failli rejoindre le Real Madrid"

10:20 UTC+2 22/08/2019
Axel Witsel BVB Supercup 2019
Dans un entretien exclusif à Goal et DAZN, Axel Witsel raconte comment il a failli rejoindre le Real Madrid et dévoile son idole.

Dans un entretien exclusif accordé à Goal et DAZN, Axel Witsel n'élude aucun sujet. Du traitement médiatique hystérique dont il avait fait l'objet lors de son transfert en Chine, au racisme en Russie, sans oublier son transfert avorté à la Juve ou le fait qu'il soit passé tout proche de signer au Real Madrid à l'époque de José Mourinho. Witsel dévoile aussi l'identité de son idole de jeunesse...

Axel Witsel sur ...

... son idole: mon père étant originaire de la Martinique, il a toujours suivi l'équipe nationale française. Quand j'étais jeune, nous avons regardé les matchs de l'équipe de 1998 autour de Zinedine Zidane. Zidane est mon idole. J'ai même eu un maillot de l'équipe de France. Mon père aime toujours la France, mais peut-être plus autant depuis la dernière Coupe du monde. (rires)

... sur l'approche du Real Madrid : J'aurais pu rejoindre le Real Madrid lorsque José Mourinho était sur place. Mais ensuite, le Real a signé Luka Modric. Un transfert à Madrid n’avait donc plus aucun sens pour moi. Peu de temps avant la fin de la période de transfert, le Zenit a appelé. J'ai eu de bonnes discussions avec les responsables et j'ai finalement accepté. Je suis une personne ouverte et je n'avais pas peur de la Russie. Saint-Pétersbourg est une ville impressionnante. En outre, vous devez savoir que Benfica a gagné beaucoup d'argent en me vendant à l'époque. Jusqu'à quelques mois, les 40 millions d'euros constituaient toujours le plus gros chiffre d'affaires en transferts de l'histoire du club. Bien sûr, cet été, Joao Félix a battu le record.

... sur le racisme en Russie: Non. J'ai toujours été libre de me déplacer en ville. Mon père est noir, il m'a rendu visite à plusieurs reprises, il n'y a jamais eu de problèmes. Mais je sais que Hulk avait quelques difficultés à l’époque, avec par exemple quelques affrontements avec les fans du Spartak  Moscou. Il ne devrait y avoir aucune place pour le racisme dans le football. Beaucoup de gens ont une mauvaise image de la Russie. Mais il y a quelques mois, un incident s'est produit en Italie. De telles choses ne se produisent pas seulement en Russie, mais dans toute l'Europe.

Juventus, Cristiano Ronaldo parle de retraite : "Peut-être que je pourrais arrêter l'année prochaine"

... sur la réaction à son transfert en Chine: C'était difficile au début. Le sujet était omniprésent dans l'actualité belge. Et surtout, c'était difficile pour ma famille. Si quelqu'un parle mal de moi, cela ne me dérange pas parce que je sais mieux que quiconque ce qui est bon pour moi. Mais mes parents, ma sœur, même nos enfants ont souffert. Je n'ai rien fait d'interdit.

"L'argent est important, mais ce n'est pas tout. Cela ne vous apporte pas toujours le bonheur et la joie"
 

... sur l'expérience qui a changé sa vie en Chine: Ma fille Mai-Li a soudainement eu une douleur abdominale. Je l'ai donc emmenée à l'hôpital international de Tianjin. Elle a eu un blocage, mais l'hôpital n'avait pas l'équipement nécessaire pour le traitement. J’avais donc deux options: me rendre à l’hôpital chinois de Tianjin ou à l’hôpital international de Beijing, à deux heures de voiture. Mais nous n'avions pas le temps, car cela aurait pu être très dangereux. Alors je suis allé au petit hôpital chinois. Il y avait un nombre inimaginable de personnes là-bas. Il fallait tirer un ticket et attendre comme au supermarché. C'était complètement fou pour moi. Nous avons dû attendre jusqu'à ce qu'il soit deux ou trois heures du matin. Mai-Li avait très mal et pleurait, alors que je tenais notre plus jeune fille, Evy, dans mes bras. À trois heures, je suis rentré chez moi avec la petite fille et ma femme est restée à l'hôpital avec Mai-Li. Le lendemain, nous avons disputé un match à l'extérieur et j'aurais dû y aller avec l'équipe. À un moment donné, ma fille est finalement arrivée chez le médecin, ma femme a dû rester dehors pendant le traitement. Heureusement, les médecins avaient le matériel nécessaire et Mai-Li est rentrée à la maison le lendemain. J'ai écrit un message à l'entraîneur pendant la nuit, il a compris. Après cette expérience, j'ai dit à ma femme que nous allions retourner en Europe. L'argent est important, mais ce n'est pas tout. Cela ne vous apporte pas toujours le bonheur et la joie.

"J'aurais peut-être pu aller à Paris ou à Manchester"


...  sur son arrivée à Dortmund: Michael Zorc m'a d'abord approché, puis Lucien Favre m'a appelé. J'avais aussi d'autres offres, j'aurais peut-être pu aller à Paris ou à Manchester, mais je ne voulais pas attendre. Et j'avais l'impression d'être le premier choix de Dortmund. Il est important de se sentir bien quand on va dans un nouveau club. Ainsi, après les discussions avec Zorc, Favre et Hans-Joachim Watzke, j'ai décidé de rejoindre le BVB. Dortmund est un grand club et je voulais vraiment rejoindre un grand club européen. C’était peut-être ma dernière chance à 29 ans. C'était la bonne décision. Les négociations avec Tianjin n’ont pas été faciles, mais au final, tout a fonctionné.

Vous ne pouvez pas planifier une carrière. J'aurais pu imaginer rester à Benfica pendant cinq ans, mais je n'y suis resté que pendant un an. Mais quand je suis allé à Dortmund, j'avais déjà un plan. J'ai signé pour quatre ans - et j'aimerais rester avec le BVB pendant quatre ans, peut-être même plus longtemps. J'ai beaucoup voyagé, joué au Portugal, en Russie et en Chine. C'est pourquoi il est bon pour moi et ma famille de rester ici maintenant. Dortmund n’est pas la plus belle ville du monde, mais pour nous, c’est l’endroit idéal, car Dortmund n’est qu’à deux heures de voiture de la Belgique. La Chine, c'était onze heures en avion.

Ronaldinho a libéré de la place à Messi au Barça - Le départ de Neymar permettra au PSG de construire autour de Mbappé

... sur son implication dans le caritatif : Parce que j'ai eu de la chance dans ma vie et que j'ai reçu beaucoup de dons de Dieu. Je dis toujours que si vous recevez beaucoup, vous devez redonner beaucoup. C'est très important pour moi et je le fais avec plusieurs organisations. Je ne comprends pas comment les gens qui ont reçu beaucoup ne peuvent rien rendre. C'est une absurdité pour moi. Je considère que c'est mon devoir. Je peux aider beaucoup de gens - et beaucoup de gens ont besoin d'aide parce qu'ils ont, par exemple, une maladie. Je suis heureux de pouvoir aider. Chacun peut faire ce qu'il veut de sa vie, de son image ou de son argent. C'est une décision individuelle. Personnellement, je pense que vous pouvez prendre, mais aussi donner. Je ne dis pas que vous devez exagérer. Mais si vous avez la possibilité d'aider, que ce soit avec de l'argent ou en voyageant en Afrique et en aidant les personnes dans le besoin, alors vous devriez le faire.
 

Propos recueillis par David Binder