Équipe de France - Hugo Lloris : "Montrer nos intentions dès le coup d'envoi"

Commentaires()
Getty Images
Hugo Lloris attend de son équipe qu'elle mette immédiatement l'intensité nécessaire pour prendre les devants face à la Bulgarie.

À 24 heures du match tant attendu face à la Bulgarie (samedi, 20h45), Hugo Lloris s'est comme à son habitude présenté en conférence de presse. Le capitaine des Bleus a notamment insisté sur l'obligation de bien débuter la rencontre avec l'impact physique et l'intensité nécessaires.

Mbappé : "La pression, j'adore ça"

Vous avez coutume de dire que la France est meilleure sous pression, y aura-t-il une grande équipe de France demain ?

Hugo Lloris : Il en faudra une grande. On est dans l'obligation de résultat. L'issue finale approche et on doit tout faire pour garder notre première place. L'adversaire est très performant à domicile et on sait à quoi s'attendre. 

Vous avez connu les barrages en 2013, ressentez-vous la même pression à la veille du match face à la Bulgarie ?

J'ai connu 2009 également mais je pense que c'est un contexte tout autre. Le barrage est synonyme de dernière chance et là ce n'est pas le cas. Il y a le match de demain et encore un autre mardi. On se doit d'être prêt à faire les efforts individuellement et collectivement pour se qualifier.

Mbappé a dit que vous vous étiez certainement un peu endormis et laisser prendre en contre face au Luxembourg. C'est aussi le risque face à la Bulgarie ?

La Bulgarie a certainement plus de qualités que le Luxembourg. Sur ce match, on a une grosse part de responsabilité du fait que l'on n'a pas commencé le match avec l'intensité qu'il fallait. On a eu des occasions mais on n'a pas été assez agressifs. Là c'est un tout autre match. On n'a plus de joker donc il n'y a pas 36.000 questions à se poser, il faut montrer nos intentions dès le coup d'envoi.

La défense va être contrariée en raison des blessures, est-ce que cela vous inquiète ? 

Ce sont les aléas que connaissent les sélections nationales. Quels que soient les joueurs, ils méritent de jouer. Demain ce sera très certainement Samuel et Raphaël qui sont des joueurs de très haut niveau qui jouent dans de grands clubs. Ce sera à nous de montrer de la sérénité. 

Votre rôle de capitaine a-t-il évolué cette semaine dans un contexte aussi décisif ? 

Je pense qu'il ne faut pas créer une situation négative. On a conscience des attentes mais elles viennent également de nous-mêmes. Chacun a son rôle, j'ai le mien et je l'assume depuis qu'on m'a confié ce brassard. Les mots peuvent être importants, je ferai ce que j'ai à faire et tout le monde le fera également sur le terrain. 

Pourquoi selon vous les remplaçants ne sont-ils pas décisifs depuis de nombreux mois ?

Je pense qu'en équipe de France on peut comprendre quand on ne figure pas dans le onze de départ mais rien n'est plus important que l'équipe de Fance. La motivation doit rester la même quelle que soit la situation. Je pense que c'est une question de mentalité et d'état d'esprit. Après j'ai rarement vu un état d'esprit aussi bon. Peut-être que la plupart sont jeunes et ont du mal à comprendre les attentes. C'est aussi plus difficile de faire la différence sur 10 minutes... Demain, le banc pourrait être amené à être décisif.

Julien Quelen, au Stade national Vassil-Levski (Sofia). 

Fermer