Equipe de France - Hugo Lloris : "Il y a un peu d'appréhension"

Commentaires()
Gettyimages
Après la courte victoire en Bulgarie (1-0) et à la veille du match face à la Biélorussie, Hugo Lloris s'est présenté en conférence de presse.

Fier du combat mené par son équipe en Bulgarie, Hugo Lloris portait un jugement moins brillant sur le jeu déployé par son équipe samedi dernier. Face à la Biélorussie, dans un match qui devrait être bien différent, le capitaine attend des siens la même rigueur tactique tout en essayant de parachever cette phase de qualifications avec la manière. 

Comment expliquez-vous vos difficultés récurrentes à vous qualifier ?

Hugo Lloris : Le plus important, c'est de se qualifier. Ensuite, si on peut mettre la manière ou se qualifier tôt, c'est mieux. Se rendre les choses faciles, c'est le plus dur dans le football et dans la vie en général. L'objectif doit être atteint et c'est ce qu'on va essayer de faire.

Etes-vous impatient de plier l'affaire et de vous qualifier ?

Il y a toujours un peu d'appréhension et d'impatience. Ça passe par une victoire si on veut vraiment se rendre les choses plus faciles, sur le terrain. Ça passera par la bonne attitude, par la bonne énergie, dès l'échauffement, avec l'aide de notre public qui est présent depuis un moment. On va essayer d'amener du plaisir à tous les Français en empochant cette première place, en faisant du beau jeu et en marquant des buts.

Y-a-t-il une nécessité de séduire ?

Le plus important, c'est de gagner. Il y a peut-être une forme d'irrégularité. Tout le monde a été séduit par notre performance face aux Pays-Bas. On n'a pas su confirmer face au Luxembourg. Il ne faut pas banaliser cette victoire à Sofia, dans un contete assez dur. On a montré de vraies valeurs collectives, dans l'engagement, dans les duels et on a pris les trois points. C'est ce qu'on attendait de nous.

Espérez-vous être dans la liste des nommés pour le Ballon d'Or ?

Le Ballon d'Or, c'est loin d'être un sujet qui m'intéresse actuellement même si on suit l'actualité et qu'on espère voir un maximum de Français dans cette liste.

Dans quel état physique et moral est le groupe ?

Il n'y a pas d'inquiétude, il y a du calme, de la sérénité et une forme d'impatience. On a envie de bien finir le travail. Il faut récupérer de notre dernier match, mais on est professionnel et on ne va pas se cacher derrière ce genre d'excuses.

Comment avez-vous trouvé la charnière Varane-Umtiti ?

Ils ont été très performants, très solides. Avec eux, on a dégagé de la solidité dans notre performance défensive.

Est-ce un match pour Olivier Giroud ?

C'est un match pour les 23 joueurs. J'ai même envie de dire 24 même si N'Golo ne pourra pas être présent. C'est un match à ne pas rater. Depuis le coup de sifflet final face à la Bulgarie, on a la sensation que rien n'a été fait, il nous reste un match.

Tout ce qui est dit autour de Mbappé l'inhibe-t-il ?

Non, il a besoin d'enchaîner les matches en équipe de France. C'est difficile de juger la performance d'un joueur face à la Bulgarie. On s'est battus, dans les duels on était présents. Kylian, il ne faut pas non plus lui mettre toute la responsabilité même s'il est talentueux. On peut s'appuyer sur son talent parce qu'il est capable, même à 18 ans, d'être précieux dans les grands rendez-vous.

A quoi vous attendez-vous demain ?

Le match aller face à la Biélorussie me rappelle un petit peu le match du Luxembourg. Demain, le scénario parfait serait de marquer très vite pour se rendre le match facile. Il va falloir commencer le match avec les bonnes intentions et la bonne agressivité.

L'article continue ci-dessous

Les joueurs sont-ils vexés par les critiques autour de la manière dont vous jouez ?

Le premier objectif, c'est de gagner, mais si on peut ajouter la manière il faut le faire. Sur le long terme, il faut la manière. On est conscient que tout n'est pas parfait. Après le match contre la Bulgarie, il y avait un peu de frustration, mais elle a été vite masquée par la victoire. Contre la Bulgarie, il y avait peu de joueurs qui ont connu une compétition internationale. Il faut que tout le monde se mette au service du collectif pour s'améliorer dans le jeu.

Quelles sont les manques pour mieux manipuler les équipes qui évoluent avec un bloc bas ?

Toutes les équipes ont un peu de mal contre des équipes qui jouent avec un bloc bas. Il ne faut pas attendre que le but vienne en multipliant les occasions. Jouer contre l'équipe de France, au Stade de France, c'est une motivation supplémentaire pour nos adversaires. A nous de trouver les solutions sur le terrain.

J.Quelen & B.Quarez, au Stade de France

Prochain article:
Ligue 1 : Bordeaux-Dijon décalé de samedi à dimanche ?
Prochain article:
FC Barcelone, Jordi Alba très ambitieux : "Nous visons le triplé"
Prochain article:
AC Milan, Gennaro Gattuso : "Gonzalo Higuain ne m'a jamais demandé à partir"
Prochain article:
Monaco-Nice - Le brassard, Fabregas, l'équilibre : les leviers d'Henry pour (re)lancer Tielemans
Prochain article:
Atletico Madrid, Diego Simeone concentré sur les matches : "Le Mercato ? Quoi qu'il arrive, ça se passera que je le veuille ou non"
Fermer