Avant Liverpool-Bayern - La formidable ascension de Trent Alexander-Arnold à Liverpool : "Le rêve est devenu réalité"

Commentaires()
Getty Images
EXCLU GOAL - Le jeune défenseur des Reds s'est confié dans un long entretien avant la première manche contre le Bayern Munich, ce mardi (21h).

Quand Trent Alexander-Arnold se trouvera dans le tunnel d'Anfield, mardi soir, et que les premiers accords de l'hymne frissonnant de la Ligue des champions retentiront, le défenseur latéral droit de Liverpool pourra se mettre dans sa bulle et mesurer ce qu'il vit.

Un conte de fée, c'est comme cela que l'on pourrait qualifier la période actuelle pour le jeune Scouser. Tous les espoirs de Liverpool ne réalisent pas leur rêve, mais Alexander-Arnold le fait chaque semaine.

"Je me souviens quand j'étais enfant et que j'étais dans les gradins", a-t-il déclaré à Goal avant le choc contre le Bayern Munich en huitième de finale aller de la Ligue des champions. "J'étais sans voix à l'époque et je suis toujours sans voix maintenant !"

"C’est très difficile à décrire. Peu de gens vont en faire l'expérience, mais vous vous sentez tellement chanceux et privilégié de pouvoir jouer ces matches et de faire partie d'un club et d'une atmosphère aussi extraordinaires. Ces soirées sont incroyables."

Mardi sera la 69e apparition d’Alexander Arnold avec Liverpool et sa 18e en Ligue des Champions. Le défenseur continue pourtant de parler avec l'enthousiasme et les yeux écarquillés d'un jeune, alors qu'en termes de football, il grandit rapidement.

Au cours des 12 derniers mois seulement, il est devenu le plus jeune joueur de l'histoire de Liverpool à jouer une finale de Coupe d'Europe, a fait ses débuts avec l'équipe d'Angleterre, a marqué son premier but international et a participé à la phase finale de la Coupe du monde

"Ce fut une année incroyable", dit-il, un sourire en coin. "C'est une chose dont moi et ma famille sommes très fiers."

"De toute évidence, quand vous êtes très jeune, vous rêvez de ce genre de moments. Je suis très reconnaissant qu'ils se soient produits et je souhaite maintenant en avoir plus".

Alexander-Arnold a grandi à West Derby, près du célèbre terrain d’entraînement Melwood de Liverpool. Il se souvient avoir regardé à travers un trou dans le mur du complexe, dans l’espoir d’entrevoir son idole, Steven Gerrard.

Trent Alexander-Arnold Liverpool

L'article continue ci-dessous

Il cherche maintenant à imiter son héros, à devenir la star locale, le représentant des supporters sur le terrain. "J'ai vu Gerrard et Carragher le faire quand j'étais jeune", a-t-il déclaré récemment. "J'ai toujours voulu être comme eux."

C’est Ian Barrigan, actuellement responsable du recrutement à Liverpool, qui a prévenu les Reds du potentiel d’Alexander Arnold. Barrigan dirigeait une équipe de la Sunday League et transportait son joueur-phare. Il avait repéré le talent naturel du jeune homme.

À six heures, il est invité à s'entraîner à Kirkby. À huit heures, il signe son premier contrat à Liverpool. Le club a dû affronter la concurrence acharnée d'Everton, où Alexander-Arnold s'est également entraîné.

"J'ai toujours soutenu Liverpool", coupe-t-il, très fier. “Toute ma famille l'a fait !"

"J'ai commencé à jouer au football avec mes copains et mes frères, dans la cour de récréation, dans le parc ou dans le jardin. C'était juste pour profiter, s'amuser. Je voulais jouer tout le temps."

"Ensuite, j’ai commencé à jouer en Sunday League, et à partir de là, on entre dans des académies, et c’est là qu'on se rend compte qu'on peut devenir footballeur."


À Liverpool, ses progrès ont été rapides. Travaillant sous d'entraîneurs tels que Iain Brunskill, Mike Garrity et Karl Robinson, désormais manager d’Oxford United, Alexander-Arnold était considéré comme le joyau de l’Académie. Techniquement doué, sportif et avec une mentalité solide, il a toujours été perçu comme un espoir pour l'équipe première, même si avec les prospects, il faut prendre des pincettes.

"J'avais probablement 13 ou 14 ans quand j'ai réalisé que j'avais une chance de réussir", a déclaré Alexander-Arnold à Goal. "C’est quand j’ai réalisé qu’il fallait sacrifier un peu l'école pour devenir footballeur".

"Je manquais quelques cours pour aller à l’entraînement et quelques après-midi, ce qui était difficile pour moi et ma famille parce que nous étions tellement concentrés sur le fait que j’obtienne de bons résultats aux examens..."

Trent Alexander-Arnold England USMNT

"Mais c’est bien pour moi d'avoir eu la chance d'être soutenu, notamment par mes parents, pour pouvoir croire en moi et voir mes rêves devenir réalité. C’est une chose pour laquelle je suis vraiment reconnaissant. Certains parents auraient pu dire 'non, ce n'est pas possible, il faut avant tout se concentrer sur l'école', mais nous avons élaboré un plan pour rattraper le travail scolaire, faire des devoirs supplémentaires ou rester pendant le déjeuner et les pauses, et ces sacrifices en valaient la peine".

L'idée, pour le jeune défenseur, est désormais de construire sur ce qui a été fait auparavant. De retour d'une blessure à la cheville, il débutera à coup sûr contre le Bayern. Un match qui peut lancer une épopée comparable à celle de la saison passée pour les Reds.

Il était déjà le plus jeune joueur à représenter le club en finale de la Coupe d'Europe - il admet qu’il a "raté" son coup. Mais que personne ne s'attende à ce qu'Alexander-Arnold se repose sur ses lauriers. C'est un jeune footballeur déterminé et dévoué.

"En toute honnêteté, (cette ascension) m'a surpris", admet-il. "Mais c'est quelque chose que j'ai toujours voulu. Tout le monde ne peut pas devenir joueur de Premier League, même certains des meilleurs joueurs du monde ne peuvent pas dire ça !"

Fermer