Serie A - Andrea Belotti, le coq n’est plus paré au combat

Commentaires()
L’attaquant italien vit une saison compliquée, loin des promesses et du rendement montrés lors de sa superbe saison dernière avec le Torino.

Le chant du coq ne trouve plus d'écho. Révélation de la saison dernière, Andrea Belotti peine à retrouver son niveau affiché sur les terrains de Serie A. Depuis le début de la campagne en cours, l’Italien n’est que l’ombre de lui-même, au point d’avoir perdu son sens du but. Il ne totalise que 8 réalisations en 23 sorties toutes compétitions confondues, soit deux fois moins qu’à pareille période en 2017. Celui qui avait tapé dans l’œil de l’Europe toute entière traîne désormais son spleen. Qu’ils paraissent loin ses 26 buts inscrits lors du dernier exercice. Le palier semble aujourd’hui trop compliqué à passer pour le joueur de 24 ans. Pour ne rien arranger, les blessures et une confiance en berne ont nettement freiné sa progression.

OM, Arsenal, Dortmund, Ajax... Et si les clubs avaient gardé leurs meilleurs joueurs depuis 2010 ? 

Le fiasco de l'équipe d'Italie, l'échec de trop

Cette saison a toutefois débuté sur les mêmes standards pour l’attaquant atypique : 3 réalisations lors des 5 premiers matches de championnat. On l’imaginait aisément parti pour produire des prestations similaires à celles qu’il avait montrées jusqu’ici. Sa troisième année passée sous le maillot grenat du Torino est pourtant synonyme de galère. Le n°9 est désormais en deçà sur les pelouses transalpines. Une première blessure le prive quasiment d'un mois de compétition en octobre dernier et met un coup d’arrêt à sa campagne. Une seconde en décembre, toujours au genou, le laisse à l’infirmerie plus d’un mois. Une nouveauté pour le joueur qui avait été relativement épargné par les pépins physiques depuis ses débuts.

L'article continue ci-dessous

Les blessures ont évidemment eu leur impact sur le moral du natif de Calcinate. Mais la double confrontation entre l’Italie et la Suède lors du barrage pour la Coupe du monde en novembre dernier face à la Suède prend des allures de point de rupture. Déjà lors des qualifications, il n’avait pas été à la hauteur face à l’Espagne. Titulaire lors du match aller face aux Suédois puis entrant au retour, il a échoué, comme le reste de la Nazionale. Touché par la non qualification pour le mondial l’été prochain, il apparaît comme l’un des joueurs les plus affectés par le fiasco transalpin. Il Gallo quitte la pelouse en pleurs, conscient qu'il n'a pas donné satisfaction. Sans doute, l’échec de trop pour une confiance déjà entamée.

belotti Italy

L’assurance, pour un joueur qui aime provoquer, demeure pourtant essentielle. Andrea Belotti le sait bien. Plus de trois mois après la désillusion de la Coupe du monde, il tente de chasser le doute et remonter la pente. Son rush solitaire face à l’Udinese le 11 février dernier sonnait comme une belle éclaircie, le principal intéressé le concédait d’ailleurs. "C'était la réponse que j'attendais après avoir travaillé si dur à l'entraînement." Le Torino a ensuite enchaîné deux défaites contre la Juventus et l’Hellas Vérone sans qu’il n’inscrive le moindre but. Ces deux dernières sorties ont livré un constat : il est mieux dans le jeu mais n’a pas encore retrouvé sa sérénité face au but. Au temps désormais de faire son œuvre.

Fermer