Rennes - Eduardo Camavinga aura-t-il bientôt la nationalité française ?

Commentaires()
Getty Images
L'Equipe rappelle que la FFF et le Stade Rennais s’activent pour obtenir des papiers français au milieu de terrain.

La pépite du Stade Rennais, Eduardo Camavinga (16 ans), est assurément l’énorme sensation du début de saison en Ligue 1. La France du football l’a découvert, lui et toute sa classe, un soir d’août contre le PSG (2-1). Un pétard mouillé ? Loin de là. Depuis sa masterclass, le milieu de terrain continue d’impressionner chaque week-end.

Un dénouement positif pour début 2020 ?

Alors, forcément, son cas attire la convoitise. Celle des grands clubs européens, d’une part, mais également celle de la Fédération Française de Football, qui n’a pas oublié que Camavinga ne possédait pas de papiers français. À l’heure actuelle, la pépite peut uniquement jouer pour le Congo et l’Angola, où il est né le 10 novembre 2002. Une anomalie, étant donné que le joueur habite dans l’Hexagone depuis 2004…

À lire : Rennes - Ben Arfa ébahi par le talent de Camavinga

Mais comme Goal l'écrivait dans un portrait en mai dernier, un incendie a touché la maison familiale, en 2013, alors que Camavinga n'avait que 11 ans. Et les documents relatifs à l’état civil de toute la famille ont été emportés dans les flammes… Dès 2017, le Stade Rennais a tout fait pour réparer l’anomalie : sans succès. Les différents papiers délivrés par l’ambassade angolaise n’ont jamais convaincu les autorités françaises.

Déjà observé par Ripoll

Mais la FFF "et ses plus hauts dirigeants" ont relancé le dossier l’an dernier, comme l'explique L’Équipe. Plusieurs rendez-vous en préfecture ont été pris, et notamment un pour Celestino, le père du joueur, qui devrait bel et bien obtenir la nationalité française. Une fois que le paternel l’aura, le fiston pourrait également en bénéficier, certainement début 2020 d’après nos confrères. C'est très clairement la volonté du club, du joueur et de sa famille.

Au niveau de la FFF, les sélections de jeunes pourraient alors immédiatement profiter du phénomène. Des U18 aux Espoirs, en attendant le baptême du feu avec les Bleus, peut-être un jour. Selon nos informations, le sélectionneur des Espoirs Sylvain Ripoll l'a même observé lors du derby Nantes-Rennes (1-0), le 25 septembre dernier.

Par ailleurs, le club breton préparerait déjà un petit peu le terrain en cas de future vente de Camavinga, sous contrat jusqu'en 2022. En Europe, seuls trois joueurs sans papiers européens sont acceptés dans l’effectif de l’équipe première. Et les clubs qui convoitent la pépite affichent déjà tous complet.

Fermer