PSG : Fin de la garde à vue pour Aminata Diallo

Aminata DialloGetty

Suspectée d’être impliquée dans l’agression de sa coéquipière en Bleu et au PSG Kheira Hamraoui, Aminata Diallo était en garde à vue au commissariat de Versailles depuis mercredi matin. Au bout d’un long interrogatoire, elle a pu rentrer chez elle sans mise en examen.

L’enquête de la police se poursuit

Est-elle pour autant tirée d’affaire ? Tout en rappelant que la présomption d’innocence s’impose, RMC Sport affirme que les investigations se poursuivent et que l’information du jour "ne présage en rien de la suite que la justice va donner à cette affaire qui comporte bien des zones d'ombres".

Pour rappel, Hamraoui avait été victime d’une embuscade jeudi dernier alors qu’elle rentrait chez elle. Elle avait été attaquée par deux malfrats avec des barres de fer, tandis que sa copine avait été, elle, "juste" immobilisée. Elle a dû être hospitalisée et son arrêt de travail a été profitable à Diallo, qui a pu jouer un match important de Ligue des Champions avec le PSG et aussi en sélection à sa place. Un enchainement d’événements qui a poussé donc la police à émettre l’hypothèse d’un guet-apens.

Diallo n’était pas la seule personne à avoir été interpellée mercredi. C’est aussi le cas d’un homme, dont l’identité n’a pas été révélée mais qui serait connu de la plupart des joueurs du PSG. Lui aussi a été libéré car aucune charge n’a été retenue contre lui.

L'article continue ci-dessous

Hamraoui et Diallo ne jouent en club ensemble que depuis cette saison, mais elles sont amies depuis plusieurs années car elles possèdent un cercle de copines commun. Il leur est arrivé même de partir en vacances ensemble. C’était le cas en 2019 pour digérer la déception de la non-participation à la Coupe du Monde en France.

Le soufflé retombe pour le PSG

A noter que le club du PSG est resté naturellement assez neutre et prudent dans cette affaire sombre et qui déteint inévitablement sur son image. Mercredi, à travers un communiqué, l'institution a fait savoir qu'elle « condamne avec la plus grande fermeté les violences commises » et qu’il « collabore avec le SRPJ de Versailles pour faire toute la lumière sur les faits ». Enfin, Paris a précisé qu’il restait « attentif au déroulement de la procédure et étudiera les suites à y donner ».

Parmi les conséquences de cette affaire, la conférence de presse devait avoir lieu vendredi matin à 24 heures du choc du championnat féminin entre le PSG et l’OL, a été annulée par le club francilien.