Le Qatar dément les accusations de sabotage envers les candidatures rivales

Commentaires()
SC
Pays hôte de la prochaine Coupe du monde de football en 2022, le Qatar dément avoir mené une campagne secrète de propagande.

Le Sunday Times révélait ce dimanche que le Qatar avait mené une campagne secrète de propagande à base d' "opérations noires" afin de saper les autres candidatures en violation manifeste des règles de la FIFA. Le Qatar,  qui avait obtenu d'organiser le tournoi à la surprise générale fin 2010, a utilisé son droit de réponse pour s'empresser de démentir.

Le comité d'organisation du Mondial 2022 a ainsi réagi par communiqué pour tout nier en bloc, en déclarant démentir toutes les accusations formulées par le Sunday Times: "Il y a eu une enquête et nous avons fourni toutes les informations relatives à notre candidature [...] Nous avons respecté scrupuleusement toutes les règles de la Fifa.", peut-on lire dans des propos rapportés par l'AFP.

Selon le Sunday Times, le Qatar a notamment payé une équipe de relations publiques ainsi que d'anciens agents de la CIA pour diffuser de "fausses informations" concernant ses principaux rivaux, l'Australie et les Etats-Unis, lors de leur campagne pour la compétition 2022. Un e-mail, que le journal indique avoir obtenu par un lanceur d'alerte qui a travaillé avec la candidature du Qatar, a été envoyé au directeur adjoint des offres du Qatar, Ali al-Thawadi, et montre que l'Etat était au courant des complots visant à "empoisonner" les autres candidats.

La FIFA a de son côté pris le soin de réagir en déclarant dans un communiqué qu'une enquête "rigoureuse" avait été conduite et que ses conclusions étaient consultables dans un rapport.

Prochain article:
Chelsea, Sarri : "Je n'accepte pas cette mentalité"
Prochain article:
Inter-Sassuolo 0-0, l'Inter cale de nouveau
Prochain article:
Mercato, Luka Modric fait une annonce importante sur son avenir
Prochain article:
Monaco, Henry s'en est pris à Kenny Lala
Prochain article:
Reims-Nice 1-1, Nice s'en sort inextremis grâce à la VAR
Fermer