News Résultats en direct
Vidéos

Griezmann, Deschamps... Les réactions après France-Andorre (3-0)

23:08 UTC+2 10/09/2019
Didier Deschamps France Andorra UEFA Euro Qualifiers 2020
La France n'a pas manqué à sa tâche contre l'Andorre. Les Tricolores l'ont emporté 3-0. Après le match, les joueurs ont exprimé leur satisfaction.

Trois jours après avoir pris le dessus sur l’Albanie (4-1), l’Equipe de France a enchainé mardi en venant à bout de l’Andorre (3-0). Dominateurs de bout en bout, les champions du monde ont corrigé l’équipe la plus faible de leur groupe et le score final aurait pu être encore plus large si les Tricolores avaient converti leurs autres opportunités. Au coup de sifflet final, tout le monde dans le camp tricolore s’est dit heureux et content d’avoir réalisé un stage parfait avec deux victoires en autant de matches.

Coman et Ikoné, des Titis au rendez-vous

Antoine Griezmann (attaquant de l’Equipe de France sur TF1) : « Oui, deux victoires en deux matches et c’est ce qu’on voulait. Prendre les 6 points. On avait l’avantage de jouer à la maison, devant nos supporters. Même si c’était une sélection moins importante, il y avait beaucoup de monde et on les remercie d’être venus. Le pénalty raté ? Oui, c’est chiant. Comme je l’avais dit la dernière fois, j’étais sur une bonne dynamique… Mais il faut travailler. Comme quoi, on n’est jamais au top. »

Didier Deschamps (sélectionneur de l’Equipe de France sur TF1) : « C’est bien, même si aujourd’hui avec le nombre d’occasions qu’on a eues, plus les barres et le pénalty qu’on a raté ça aurait pu être plus lourd. Mais ce n’est jamais évident de mettre des buts. On a cette capacité, avec beaucoup de qualité offensive et sans négliger l’aspect défensif. On a rempli notre contrat sur ce rassemblement de septembre. Il fallait prendre les 6 points. On va avoir des confrontations directes avec les deux adversaires du groupe, même s’il y a une bonne nouvelle ce soir qui est venue de l’Albanie. Les 6 points c’est bien, mais les 6 prochains vont être importants aussi. »

Clément Lenglet (défenseur de l’Equipe de France) : "Je n'ai pas préparé de célébration et cela s'est vu. Mais je suis très content pour le but. Je ne m'attendais pas à marquer aussi rapidement. J'avais ma famille en plus, mes petits frères et c'était une joie partagée. Et il fallait mettre ce deuxième but pour prendre le large et être plus tranquille. Ca serait mentir de dire que je savais qu'il allait la mettre là, mais je l'ai senti et je me suis bien positionné. C'est toujours important de faire de bons matches, même contre des petites nations. Durant le mois d'octobre, il y a des nations plus puissantes qui seront face à nous et il faudra être performant et faire de bonnes choses. Pour moi, ça s'est bien passé. Mais pour savoir si j'ai marqué des points, il faut le demander au coach".

Kingsley Coman (attaquant de l’Equipe de France sur TF1) : « C’est une très belle semaine. Ça s’est bien passé sur le plan personnel et collectif. Quand le corps suit, c’est facile d’être au haut niveau. Et je vais continuer à travailler. Ma qualité de dribbles, quand je suis rentré, j’ai pu l’apporter. Et celle de finisseur, ça fait toujours plaisir quand je l’ai, surtout en Equipe de France. Suis-je le chainon manquant des Bleus ? Non, l’équipe est championne du monde. Mais ça fait très plaisir d’avoir plus de temps de jeu et j’essaye de rendre la confiance que le coach me donne. Je ne m’enflamme pas, car la saison est longue et il ne faut jamais se satisfaire d’une ou deux bonnes performances ».

Léo Dubois (défenseur de l’Equipe de France) : « On s’attendait à avoir une équipe très très basse et c’est ce qui s’est passé. Ce n’était pas simple de pouvoir créer du danger, même si on avait le monopole du ballon. On a pris notre temps et on a essayé de passer par les côtés pour s’ouvrir l’axe et ensuite marquer. C’est ce qu’on a fait. On voulait marquer rapidement, mais on a vu que la Turquie avait du mal à marquer contre eux. On savait que cela pouvait nous arriver et qu’il ne fallait pas s’énerver. On a plutôt bien géré le match et eu une bonne circulation du ballon. Mon entente avec Ikoné ? On a essayé de discuter au maximum. On se découvre et ça s’est bien passé. On a eu 10 jours pour ça. La suite ? C’est à nous de nous concentrer sur notre jeu. On est maitres de notre destin ».

Olivier Giroud (attaquant de l'Equipe de France) : "On a mis les ingrédients qu'il fallait pour gagner ce match, même si on aurait pu marquer plus de buts. On a été un peu malchanceux, mais on a très bien géré ce match. On n'est pas tombés dans l'euphorie. On a eu une très bonne circulation de balle et créé beaucoup d'occasions. C'est bien, même si le score aurait pu être plus lourd. Déçu de ne pas avoir marqué ? Oui, forcément. Un match où il y a autant d'occasions, pour les attaquants on se dit que cela va être un superbe match et finalement pas tant que cela. Parce qu'il y a très peu d'espaces et sur les centres on avait tendance à être que  deux. Ce n'était pas facile. Pour ma part, j'ai eu beaucoup d'opportunités de mettre ce but qui m'aurait fait plaisir. Mais je suis content que l'équipe ait gagné. C'est le plus important. Qui  tire le prochain pénalty ? Une bonne question, on va en discuter. Ce soir, j'ai pris le ballon et je lui ai donné car je savais que c'était important pour la confiance après en avoir raté un. Mais le gardien l'a arrêté. Pour le prochain, je suis un prétendant".

Hugo Lloris (gardien de l'Equipe de France) : "Que ca soit en attaque placée, ou en contre-attaque, être performant sur les coups de pieds arrêtés. C'est toute la panoplie d'une grande équipe et d'une grande nation de football. Il faut toujours élever nos exigences".

Jonathan Ikoné (attaquant équipe de France, zone mixte) : «Franchement ça s'est bien passé. Face à une défense regroupée, on a trouvé un peu d'espace contre une équipe qui défend très bas. Ma première titularisation ? Il y a de l'émotion et franchement, c'est un plaisir et je suis content de moi. Oui, le but face à l'Albanie m'avait libéré. »

« Coman ? Oui je l'ai connu au PSG. Même si je n'ai pas vraiment joué avec lui, Je sais qu'il va vite et donc je l'ai lancé en profondeur. Le fait qu'on ait permuté est une consigne du coach. Revenir en octobre ? C'est le coach qui décide, mais je l'espère. Je vais essayer d'être performant avec mon club ».

Propos recueillis par Benjamin Quarez au Stade de France