Gomez ou Götze, qui portera l'attaque allemande à l'Euro 2016 ?

Commentaires()
Getty Images
En optant pour Mario Gomez plutôt que Mario Götze en pointe à l'Euro, Joachim Löw pourrait modifier ses plans en accordant sa confiance à un pur numéro neuf. Une option gagnante ?

Mario Gomez est de retour. Après deux saisons délicates, l'attaquant a retrouvé la sélection avec un nouvel état d'esprit et de nouveaux objectifs. Champion de Turquie avec le Besiktas, meilleur buteur de Süper Lig avec 26 réalisations, l'avant-centre, qui pourrait fêter ses 31 ans lors de la finale de l'Euro le 10 juillet prochain, postule logiquement à une place de titulaire. Ce qui induirait un changement tactique de la part de Joachim Löw, plus habitué à faire confiance à un faux numéro neuf qu'à un pur renard des surfaces.

Depuis le départ à la retraite de Miroslav Klose, la Mannschaft a fait appel à son ancien soldat. Ce qui ne lui garantit pas pour autant une place de titulaire à l'Euro, surtout que Joachim Löw a souvent utilisé Mario Götze dans un rôle d'attaquant de pointe. Mais la forme de Gomez laisse planer le doute tout autant que les dernières compositions d'équipe de Löw, qui a aligné l'ancien Florentin à la pointe de l'attaque allemande à plusieurs reprises ces derniers mois. Alors, irait-on vers un Euro avec un pur numéro neuf pour l'Allemagne ?

C'est une possibilité que la presse germanique n'écarte pas. Encore plus après le dernier match amical de l'Allemagne contre la Slovaquie (défaite 3-1, ndlr). Titulaire en pointe dans un 3-5-2 expérimental, Gomez a inscrit l'unique but allemand, sur penalty. Insuffisant pour garantir avec certitude qu'il débutera contre l'Ukraine le 12 juin prochain, car Götze, unique buteur face à l'Argentine en finale du Mondial 2014, jouit encore d'une très belle cote auprès de son sélectionneur, qui en a fait l'un de ses éléments forts en sélection.

Un scénario similaire à 2014 ?

Régulièrement blessé cette saison, Mario Götze est resté dans les plans de Joachim Löw. Mais le sélectionneur allemand n'a pas encore tranché publiquement. Ce dernier apprécie le côté unique de son profil, mais il pourrait bien se laisser la possibilité de modifier ses plans en cours de compétition, comme il a pu le faire lors de la Coupe du monde au Brésil, en débutant avec un faux numéro neuf (Müller ou Götze) avant de lâcher l'expérimenté Klose en quart de finale contre l'équipe de France. Une option payante il y a deux ans.

Plus qu'un simple choix d'hommes, c'est encore une question de tactique qui prédominera dans ce cas de figure. Invité à s'exprimer sur le site internet de la fédération allemande, Gomez a d'ailleurs souligné l'importance du collectif. "Je suis une partie de l’équipe, je ne suis qu’un vingt-troisième homme, pas plus. Je ne me mets pas la pression, du genre je devrais jouer tous les matches. Je fais tout pour à l’entraînement, je le veux, mais j’accepterai toute décision de l’entraîneur", a confié l'ex-buteur du VfB Stuttgart (2004-2009).

Avec ou sans lui, Gomez assure que c'est l'équipe qui fera la différence. "L’individu n’est plus l’essentiel dans le football moderne", estime-t-il. Une phrase pleine de sens, qui n'est pas sans rappeler le discours tenu par les Bleus. Mais pour aller conquérir le titre et ainsi réaliser le doublé Coupe du monde - Euro, Löw devra forcément faire des choix. Et à huit jours de l'entrée en lice de la Mannschaft, le poste d'attaquant de pointe est la grosse interrogation outre-Rhin. Götze ou Gomez ? Un casse-tête que seul le favori peut s'infliger.

Fermer