Europa League - Bordeaux 2-0 Slavia Prague : les Girondins s'offrent un infime espoir

Commentaires()
Getty Images
Les Bordelais ont battu les Tchèques grâce à De Préville et Koundé. Ils n'auront cependant pas leur destin entre leurs pieds pour la qualification.

Le scénario était très simple : la victoire ou rien pour continuer à croire en un infime espoir de qualification en 16e de finale dans cette Europa League. Pour les Girondins qui n'avaient pris qu'un point en quatre rencontres jusque-là, cette mission semblait pourtant difficile à atteindre. Néanmoins avec de nouveaux joueurs présents dès le coup d'envoi, comme Zaydou Youssouf, Aurélien Tchouameni et Nicolas De Preville, Bordeaux a montré un visage séduisant au Matmut Atlantique.

De Préville, dix mois d'attente

En première période, les débats sont équilibrés avec des occasions plus tranchantes cependant pour les locaux. Youssouf parvient à inquiéter le gardien tchèque sur un coup franc (7e) tandis qu'Andreas Cornelius manque de quelques centimètres pour ouvrir le score (27e) sur un service de Tchouameni. La réponse du Slavia intervient à la 37e minute avec une frappe de Zmrhal qui sollicite Costil.

À force d'insister, les hommes de Ricardo vont finir par trouver la faille : sur un coup franc décalé à droite, le ballon parvient à Nicolas De Préville, libre de tout marquage, qui a tout le temps de placer sa reprise dans le petit filet opposé. Une délivrance pour celui qui n'avait plus marqué à domicile depuis le 28 janvier 2018, contre l'Olympique lyonnais.

Cependant le rapport de force va nettement s'inverser sur la fin de la rencontre, avec des Girondins qui reculent et des Tchèques qui redoublent d'efforts pour égaliser. Il faut d'ailleurs un sauvetage de Youssouf Sabaly (79e) pour éviter le 1-1. Les occasions pour faire le break se présentent toutefois pour Cornelius (82e) et Sankharé (83e) qui manquent de justesse dans leurs contrôles.

Leurs bonnes intentions vont finir par payer avec un second but pour Jules koundé, tout heureux en fin de match de se retrouver dans la surface pour reprendre un centre en retrait de Youssouf Sabaly. Un succès 2-0 qui permet à Bordeaux de garder un espoir se qualifier in extremis. Pour cela, il faudra battre Copenhague au Danemark et en même voir le Zenit s'imposer sur la pelouse du Slavia.

Fermer