Espagne, Luis Enrique heureux d'être le nouveau sélectionneur mais ne changera pas avec les médias

Commentaires()
(C)Getty Images
Luis Enrique est content d'avoir la chance d'être sélectionneur de l'Espagne, mais ne promet pas d'améliorer sa relation avec les médias.

Luis Enrique a du pain sur la planche. Annoncé dans la short list de Chelsea pour succéder à Antonio Conte, l'ancien entraîneur du FC Barcelone a finalement été nommé par la fédération espagnole à la tête de l'équipe nationale. Luis Enrique va devoir faire oublier l'échec lors de la Coupe du monde 2018, où la Roja a été éliminé par la Russie en huitièmes de finale lors d'une séance de tirs au but.

En attendant d'être officiellement présenté comme le nouveau sélectionneur de l'Espagne, Luis Enique vient de livrer ses premiers mots dans son nouveau rôle. Présent à Paris, plus précisément à Fontainebleau, ou sa fille participe à un championnat d'Europe de saut dans les catégories jeunes, l'ancien entraîneur du FC Barcelone s'est confié au micro de Deportes Cuatro et a affiché sa fierté d'être sélectionneur de la Roja.

L'article continue ci-dessous

Luis Enrique

"J'ai 48 ans, je ne changerai pas"

"Je ne sais pas si c'était un rêve, mais j'ai toujours eu l'illusion de le faire, j'ai eu l'opportunité d'être international, de souffrir et d'apprécier le maillot d'Espagne dans de nombreuses compétitions et maintenant le faire en tant qu'entraîneur bien sûr cela implique beaucoup d'enthousiasme. Je suis très content, très motivé et désireux de commencer à travailler", a déclaré Luis Enrique.

Le sélectionneur de l'Espagne ne compte pas changer dans ses relations tumultueuses avec les médias : "Je ne peux pas m'améliorer, c'est un très haut niveau que j'ai (rires). Je vais vous traiter comme vous le méritez, dans la même ligne que d'habitude. J'ai 48 ans, il sera difficile de changer. Si je peux m'améliorer, je vais essayer, mais je suis content de ce que j'ai fait jusqu'à présent tout au long de ma carrière et je ne vais pas changer".

Luis Enrique est prêt à faire face à d'éventuelles critiques : "Mais que dites-vous ? Critiquer en Espagne est impossible (rires). Je suis enchanté. Je sais ce que signifie être un entraîneur, eh bien, je pense que je sais ce que cela signifie d'être un entraîneur. Je sais déjà que la critique est quelque chose d'annexé à n'importe quel bureau dans notre pays. Je l'accepte très volontiers et je suis sûr que nous allons nous amuser".
 

Prochain article:
Manchester United, Ander Herrera révèle le message que Ole Gunnar Solskjaer a dit pour remobiliser les stars
Prochain article:
PSG : 100 000 euros d'amendes pour le fichage ethnique
Prochain article:
Manchester City, Bernardo Silva : "Je suis ouvert pour prolonger mon contrat"
Prochain article:
Coupe de France - Lyon-Duchère élimine Andrézieux, Toulouse a le dernier mot contre Reims
Prochain article:
Le Barça sans Messi contre Séville en Coupe du Roi
Fermer