Wenger : "Avec Arteta, Arsenal a retrouvé une unité"

(C)Goal

Malgré la défaite essuyée samedi soir à Manchester City, Arsenal a retrouvé récemment le premier plan du football anglais. Un redressement qui porte l’empreinte d’un homme en particulier, en la personne de Mikel Arteta. Devant le travail qu’il a accompli, même Arsène Wenger, la figure emblématique du club, n’a pu que s’incliner.

« Mikel Arteta fait du bon travail oui, a confié l’Alsacien lors de l’émission Canal Football Club sur Canal+. Le club a retrouvé des valeurs, mais c’est sur le long terme qu’on verra si les valeurs vont continuer à être bien représentées. Avant, Arsenal était respecté car on donnait de la chance aux jeunes ».

L'article continue ci-dessous

A la question ensuite s’il avait été consulté par le board du club pour le choix d’Arteta, Wenger a rétorqué : « Si on m’a consulté pour Arteta ?  Non. Quand on quitte un club, au début il faut couper totalement. Mais lui m’a appelé et je lui ai souhaité bonne chance. »

« On ne savait plus qui était aux commandes à Arsenal »

L’expérimenté coach français a aussi interrogé à propos des difficultés qu’a connues Arsenal juste après son départ en 2018. Même s’il ne blâme personne, il évoque une gestion défaillante qui a fait perdre un temps précieux au club. « L’après-Wenger mal géré comme l’après Ferguson à MU ? Je n’en sais rien, ce n’est pas à moi de juger. Mais ce que je constate c’est que le club a commencé à beaucoup réinvestir, et c’était mal parti au début. Il y avait une désunion. On ne savait plus qui gérait et ce n’est jamais bon dans un club. Maintenant ils ont créé une unité, et il s’agit à présent de prendre de bonnes décisions techniques. Il faut trouver une forme de stabilité et d’équilibre. Ça sera le travail d’Arteta, qui doit trouver l’équilibre entre la défense et l’attaque. »

Enfin, Wenger a aussi parlé de la dernière provocation de José Mourinho à son encontre. « Les propos de Mourinho sur son absence dans mon livre ? Cela ne m’agace pas. C’est de la provocation permanente. J’ai l’impression d’être à l’école maternelle avec lui. Mais, ça fait partie du personnage. Et c’est faux (2 victoires), on l’a battu. On a gagné, et y a eu aussi beaucoup de matches nuls. Et ce n’est pas « toi » qui gagne, tu participes à la victoire. C’est « nous » qui gagnons. L’entraineur est là pour tirer le maximum d’une équipe. »