News Résultats en direct
Arsenal

"Tout le monde s'est dit... wow !" - Une ancienne star d'Arsenal raconte quand Fabregas a jeté une pizza sur Ferguson

12:58 UTC+1 23/03/2020
Manchester United Arsenal 2004 'Pizzagate'
Justin Hoyte raconte pour Goal cet épisode incroyable dans la foulée de la défaite des Gunners sur la pelouse de Manchester United en 2004.

C'est un incident qui fait désormais partie intégrante du folklore de la Premier League.

Nous sommes quelques instants après que le record de 49 matches consécutifs sans défaite d'Arsenal ait pris fin dans des circonstances très controversées à Old Trafford en cette fin d'année 2004. Les deux équipes sont en train de rejoindre les vestiaires du stade.

Les visiteurs ont un fort sentiment d'injustice après que plusieurs décisions aient été prises contre eux et avec la frustration, les joueurs en viennent aux mains dans le tunnel. Arsène Wenger se retrouve même impliqué dans une dispute avec Ruud van Nistelrooy.

Sir Alex Ferguson rejoint alors la mêlée et quelques secondes plus tard, le légendaire manager des Red Devils reçoit une pizza en pleine figure. La "bataille du buffet", comme elle sera appelée par la suite, était née.

Des rumeurs ont commencé à circuler juste après le match sur ce qui s'était passé - alimentées par le fait que Ferguson devait faire ses interviews d'après-match dans les médias en survêtement plutôt que dans un costume éclaboussé de pizza.

Ce qu'il s'était produit a rapidement été su de tous, même si l'identité du joueur ayant jeté la pizza est restée cachée. Certains ont rejeté la responsabilité sur Ashley Cole, mais le milieu de terrain espagnol des Gunners Cesc Fabregas - seulement âgé de 17 ans à l'époque - a toujours été le premier suspect.

"Ils disent que c'est Fabregas qui m'a jeté la pizza mais, jusqu'à aujourd'hui, je n'ai aucune idée de qui est le coupable", écrivait Ferguson en 2013.

Ce n'est que quatre ans plus tard que Fabregas s'est finalement dénoncé, mettant fin à l'un des grands mystères de ces dernières années dans le monde du football britannique. Et désormais l'ancien défenseur d'Arsenal Justin Hoyte raconte ce qu'il s'est passé dans le vestiaire d'Old Trafford ce jour-là.

"Ça a commencé", a déclaré Hoyte - qui joue maintenant au Miami Beach Club de Futbol aux États-Unis - à Goal. "Nous avons toujours eu une rivalité avec United, ces matchs étaient toujours très intenses.

"J'ai vu la pizza, mais je ne l'ai pas vue lui atterrir dessus [sur Ferguson]. Je me souviens simplement avoir regardé les réactions de tout le monde après, parce que personne ne pouvait y croire.

"Tout le monde s'est dit 'wow, quelqu'un vient de jeter une pizza'. Bien sûr, personne ne s'attendait à ce que cela arrive parce qu'aucun d'entre nous n'avait jamais jeté de pizza sur quelqu'un.

"Mais toutes les émotions étaient en train de sortir. Tout le monde faisait des allers et retours les uns avec les autres, et puis la sécurité était là".

Hoyte, qui sans avoir participé à la rencontre avait voyagé avec l'équipe, ajoute : "Tout le monde a accusé Ashley Cole à l'époque, mais ce n'était pas lui. Nous savions tous [que c'était Fabregas] mais personne n'a rien dit parce qu'il n'y avait rien à dire.

"Tout le monde était plus sous le choc du match perdu que de la pizza jetée. Nous étions simplement déçus d'avoir perdu, mais tout le monde en rigolait après coup."

À nouveau interrogé sur la question par Bein Sports l'année dernière, Fabregas a donné de plus amples précisions. "Comme je n'avais pas joué j'étais l'un des premiers à rentrer dans le tunnel et j'avais faim donc j'ai vu une pizza.

"J'ai commencé à entendre des cris et je suis sorti et j'ai vu Rio Ferdinand et les grands, Thierry [Henry], Sol Campbell commencer à se battre. Je ne savais pas quoi faire parce que j'était trop petit et mince donc j'ai juste fait ça [jeter la pizza]. Il n'y avait rien d'autre à faire, le tunnel était rempli de gars costauds en train de se battre.

"J'ai découvert plus tard que cela avait touché M. Ferguson et je me suis déjà excusé publiquement et le ferai à nouveau. Ce n'était pas intentionnel, c'était un moment où c'est simplement arrivé."