Rennes ? Real Madrid ? Camavinga jugera "le projet"

Camavinga
Getty
Annoncé dans les plus grands clubs d’Europe, Camavinga estime que son avenir sera basé avant tout sur le projet sportif.

"Tu me fais tourner la tête, mon manège à moi, c’est toi". Les paroles de cette célèbre chanson d’Edith Piaf, nombreux sont les clubs européens à devoir se le dire en pensant à Eduardo Camavinga. Propulsé dans le grand bain il y a maintenant un an et demi, le milieu de terrain du Stade Rennais a explosé aux yeux de tous alors qu’il n’avait même pas encore atteint la majorité.

Sous les ordres de Julien Stéphan, ayant depuis rendu son tablier d’entraîneur, Camavinga a connu ses premiers pas en Ligue Europa puis en Ligue des Champions cette saison. Il a goûté au bonheur de soulever une Coupe de France mais surtout il a gagné une place dans le groupe de Didier Deschamps. Peu avare en changement chez les Bleus, le sélection a pourtant convoqué le Rennais lors des deux derniers rassemblements.

"C'est le Stade Rennais qui m'a permis de commencer jeune, je lui suis redevable de cela, raconte Eduardo Camavinga à Tout Le Sport pour les 120 ans du club. C'est mon club de coeur, c'est ma ville. C'est ma famille aussi, ils m'ont éduqué, ils m'ont appris les bases de la vie."

Une ascension express pour Camavinga qui en paye les conséquences ces derniers mois. Beaucoup moins percutant que lors de ses débuts, le numéro 10 rennais paye donc pour apprendre. Malgré tout, ses performances en dent de scie n’ont pas rebuté les cadors européens. Du Real Madrid à Manchester City en passant par le PSG, tous ont posé leur pions pour tenter d’attirer la jeune pépite bretonne dans leurs filets.

L'article continue ci-dessous

A 18 ans et à l’image de Kylian Mbappé, Camavinga a la tête bien faite. Ayant conscience de la chance qui lui a été donné à Rennes, il ne forcera pas un départ dès cet été. De toute façon, il ne compte pas décider son avenir sur un coup de tête. Avec son entourage, il mettra comme point d’honneur à s’inscrire dans un véritable projet.

"Pour mon futur, il y a les parents. Il faudra voir le projet, il y a plusieurs choses à prendre en compte."

"Si je devais partir, j'espère qu'ils diront que j'étais un joueur qui avait l'amour du club, qui se donnait à fond sur le terrain et qui mouillait le maillot." 

Fermer