Papin : "La France a sept mousquetaires en attaque"

Dernière mise à jour
Getty Images

La France compte "sept mousquetaires en attaque", selon Jean-Pierre Papin, qui a fait part de son enthousiasme à la veille du premier match des Bleus à l'Euro 2020, face à l'Allemagne. Les tricolores sont présentés comme les favoris pour remporter la compétition, Didier Deschamps disposant d'une équipe de joueurs stars.

Kylian Mbappé, Antoine Griezmann, Kingsley Coman, Olivier Giroud, Ousmane Dembélé, Wissam Ben Yedder et Karim Benzema dans un seul et unique effectif... Papin est impressionné par la richesse offensive à la disposition du sélectionneur. Et l'ancien buteur de l'OM s'est confié dans le média allemand Suddeutsche Zeitung.

"Avec ou sans Benzema, aucune pièce du puzzle ne manquait"

"Nous avons sept mousquetaires en attaque. Il y a suffisamment de puissance de feu", s'est félicité le Français, qui trouve normal que Karim Benzema soit de retour après près de six ans d'exil. "Si vous êtes l'un des meilleurs joueurs d'Europe, alors vous avez votre place dans l'équipe nationale. Pour moi, il était l'attaquant le plus régulier d'Europe aux côtés de Robert Lewandowski. Que ce soit avec ou sans Benzema, aucune pièce du puzzle ne manquait. Benzema est un plus comme un joker".

L'article continue ci-dessous

La France ouvrira sa campagne européenne avec un affrontement contre les poids lourds du Groupe F, l'Allemagne, à l'Allianz Arena de Munich mardi soir. Le seul problème menaçant de faire dérailler la France pour le moment est la tension croissante entre Mbappé et Giroud à la suite de leur victoire contre la Bulgarie (3-0).

Frustré malgré un doublé inscrit, Giroud avait accusé ses coéquipiers de ne pas lui avoir assez passé le ballon, ce que n'avait pas apprécié Mbappé. Toutefois, Papin est certain que Deschamps sera en mesure de rétablir la relation entre les deux hommes, après avoir vu à quel point il peut être dur sur ces questions-là.

​Lionel Messi : "C'est le moment de faire un coup"

"Deschamps a tellement d'expérience que je lui fais confiance pour y faire face. C'était plus qu'un simple joueur. C'était quelqu'un qui attirait tout le monde. Il a beaucoup parlé et presque tout ce qu'il a dit avait du sens. Cela lui a donné une autorité naturelle qu'il a conservée en tant qu'entraîneur", a rassuré le Ballon d'Or 1991.