Lyon, Aulas : "On a intérêt à faire pas mal de changements"

Commentaires()
Gettyimages
S'il ne remet pas en question le poste de Bruno Genesio à l'instant T, Jean-Michel Aulas annonce un chantier important à l'intersaison.

Jean-Michel Aulas s'est présenté au micro de Canal + après la défaite de l'Olympique Lyonnais à Nantes (2-1), qui plonge l'OL dans la crise. Le président lyonnais avait des choses à dire.

"S'il y avait une recette définitive et évidente on l'aurait appliquée", a-t-il expliqué. "On a essayé de redonner confiance aux joueurs, le coach s'est remis en cause avec des changements extrêmement significatifs, qui n'étaient pas liés à ce qui a été écrit. Qu'il y ait des tensions évidemment mais des bagarres c'est faux. Et c'est d'autant plus idiot que le joueur que vous incriminez dans la bagarre n'était pas à l'entraînement puisqu'il est blessé. Il n'y a pas eu de bagarre. Quand vous écrivez que Mendy a fait l'objet d'un accrochage avec Memphis... Il n'était pas à l'entraînement. L'incident est clos et la prochaine fois il ne vaut mieux ne pas dire des choses qui ne sont pas exactes parce que ça porte préjudice dans un moment difficile pour nous, et ça rajoute à l'énervement des supporters et de tout le monde".

L'article continue ci-dessous

Jean-Michel Aulas a indiqué que Bruno Genesio devrait conserver son poste jusqu'à la fin de la saison, mais il annonce du changement pour l'été prochain, faisant également référence à l'effectif.

"Parler aux joueurs ? Non. On aura l'occasion de se voir toute la semaine puisqu'il reste 6 matches. C'est un mauvais résultat dans un contexte où nos adversaires jouent après. On est tous très tristes, Bruno et le staff sont aussi dépités parce qu'on n'arrive pas à remettre le bateau à flot. Quand on veut tuer son chien on dit qu'il a la rage, ça n'a rien à voir, l'ambiance était déjà extrêmement négative à l'encontre de l'entraîneur. Vous pouvez donner toutes les interprétations, c'est aussi ce qu'il a de fantastique dans le football. On a fait du mieux possible, on a aussi un peu d'expérience donc il faut que les gens qui regardent, qui consultent, qui expriment, puissent imaginer que si on fait ça c'est pas pour se tirer une balle dans le pied. Les leviers sont les mêmes que ceux qui pour le moment n'ont pas marché. La plus belle manière d'aller dans un grand club c'est de montrer qu'on est très bon et pour le moment on n'est pas très bon donc là il y a un levier individuel. Et puis on ne peut pas reprocher au coach de ne pas avoir tout tenté".

"Malheureusement, j'ai vu Nabil Fekir avant l'entraînement, il m'a assuré que tout allait bien. On lui propose notre aide sur les sujets qui pourraient poser problème. Il n'est pas dans sa meilleure forme, c'est clair. Il est rentré dans un moment difficile (...) Il n'y a pas de magicien mais il y a une volonté perspicace de trouver la solution. L'électrochoc pour les 6 derniers matches il ne joue pas, la seule chose que l'on puisse imaginer c'est que Bruno finisse très fatigué donc à parti de là il faudra réfléchir au futur de manière tout à fait positive. On a soutenu, j'ai soutenu Bruno, ça parait difficile de ne pas aller au bout de la saison, après en fin de saison on se posera les bonnes questions qui se permettront de se relancer. Je sais aussi que, à l'expérience on a intérêt à faire pas mal de changements quand on est un club qui est tout en haut et qui est très médiatisé. Vous adorez ça, les supporters adorent ça, et on a peut-être pas fait assez de changements", a conclu Jean-Michel Aulas.

Fermer