Ligue des champions - La LFP rejette le projet de réforme de l'UEFA

Commentaires()
Getty
L'Assemblée générale de la LFP a voté ce mercredi contre le projet de réforme de la Ligue des champions soutenu par l'UEFA pour 2024.

Le football français est rentré en guerre contre le projet de réforme proposé par l'UEFA pour ses compétitions européennes. Un projet dans lequel les clubs français seraient lésés pour participer notamment à la plus prestigieuse des compétitions européennes, la Ligue des champions, à l'horizon de 2024. Ce mercredi se tenait à Paris l’Assemblée Générale de la LFP qui a étudié la future réforme défendue par l’instance européenne. Et c'est sans surprise, que par le biais d'un communiqué, la LFP a annoncé son opposition à ce projet.

"Réunie ce 15 mai 2019 à Paris, l’Assemblée Générale de la LFP a étudié le projet de réforme en l’état des compétitions européennes de l’UEFA à partir de 2024. A l’issue de cette réunion, l’Assemblée Générale de la LFP a voté le rejet du projet de réforme de l’UEFA par 32 voix contre et 3 abstentions. Le football français s’inquiète des conséquences sportives et économiques du projet actuel pour les championnats nationaux. Par ailleurs, le football français a décidé à l’unanimité de présenter à l’UEFA une proposition alternative dans les prochains jours", a expliqué la LFP dans un communiqué.

L'article continue ci-dessous

Selon l'AFP, les trois votes abstentionnistes seraient l'oeuvre du PSG, de l'Olympique de Marseille et de l'Olympique Lyonnais. Noël Le Graët a avoué que la FFF et la LFP travaillaient à une solution, des propos relayés par L'Equipe : "À la Fédération, on a travaillé ces derniers jours pour essayer de convaincre un certain nombre de personnes de travailler sur une proposition pour amender ce projet UEFA. Cette proposition va être examinée par les présidents de Ligue 1 et la Ligue avant de la soumettre à l'UEFA d'ici huit à dix jours".

Le projet a été présenté par l'UEFA mercredi dernier et il aboutirait à une Ligue des champions réservée entre autres aux plus grands clubs européens, avec 24 équpes sur 32 automatiquement reconduites d'une saison à l'autre, laissant seulement la place à quatre nouvelles équipes via les compétitions nationales, qui perdraient donc de l'intérêt. En revanche, les matches européens seraient bien plus nombreux puisque ce serait des groupes de huit équipes regroupés en quatre groupes.

Si cette réforme fait énormément débat dans toute l'Europe, en France, seul le Paris Saint-Germain s'est montré en faveur, officiellement, de ce projet. Ce qui a d'ailleurs vu une passe d'armes par médias interposés entre Noël Le Graët et Thomas Tuchel en fin de semaine dernière. De son côté, le président Jean-Michel Aulas s'est dit "mitigé" concernant cette réforme dans un entretien à l'AFP. Une chose est sûre, ce projet qui était dans les tuyaux depuis plusieurs mois n'a pas fini de faire réagir.

Fermer