Javier Tebas milite contre la réforme de la Ligue des Champions

Commentaires()
Goal
Le président de la Ligue Espagnole s'est dit totalement opposé à l'idée d'une reforme de la C1 à partir de 2024.

De nombreuses cylindrées européennes, représentées par l'ECA et son président Andrea Agnelli, poussent actuellement de toutes leurs forces pour qu'il y ait une nouvelle Ligue des Champions dans cinq ans au plus tard. L'idée avec ce nouveau changement, le deuxième en l'espace de six ans, est de donner encore plus de pouvoir aux gros bras du continent. Et ce en provoquant une compétition quasiment fermée où seuls les huit derniers risqueront chaque année leur place pour l'édition qui suit.

Ce projet est la hantise des petites nations de football, celles pour lesquelles Michel Platini (ex-président de l'UEFA) a tant lutté. Mais pas seulement. Les championnats comme celui de la France seront aussi menacés, puisqu'à l'exception du PSG, de l'OM et éventuellement de l'OL, peu de formations pourront nourrir l'ambition d'y participer.

Des voix risquent de vite s'élever pour empêcher la concrétisation de cette Ligue des Champions. C'est même déjà le cas. Dans une interview accordée à l'Equipe, un certain Javier Tebas est notamment monté au créneau pour exprimer sa vive désapprobation par rapport à cette idée.

"Pour ce que l'on en connaît, il s'agirait en fait d'une nouvelle compétition. Ils l'appellent toujours "Ligue des champions", mais cela n'a plus rien à voir, a d'abord affirmé le président de la Ligue Espagnole. Ceux qui préparent ce projet n'ont pas étudié les effets qu'il y aurait sur leur propre entreprise. Cela ressemble à une discussion de comptoir qui s'est tenue à cinq heures du matin".

Si Tebas est contre cette réforme c'est surtout parce qu'il estime qu'elle portera préjudice à l'intérêt de tous les championnats nationaux : "L'UEFA crée des compétitions qui sont des concurrentes de nos épreuves nationales. D'ores et déjà, sans le moindre doute, la Ligue des champions entre en concurrence avec nos épreuves domestiques. La Ligue Europa aussi. On cherche à diminuer la valeur de nos Championnats et de nos Coupes nationales pour augmenter celle de certains grands clubs européens. Ils vont tuer les footballs nationaux. Et au bout du compte, ça ne va pas fonctionner, contrairement à ce qu'ils pensent".

L'article continue ci-dessous

"Utiliser tous les moyens légaux et politiques pour empêcher ça"

Il met aussi en garde les clubs qui seront tentés d'intégrer cette épreuve sans l'accord de leurs fédérations : "Ce projet va être préjudiciable à tous ces clubs et ne va pas générer les recettes qu'ils imaginent. J'ai entendu que les clubs qui participeront à cette compétition toucheront 900 millions de dollars (800 M€).C'est simplement fou et stupide. Je défends la Liga, pas les intérêts des clubs individuellement. Et ce qui peut être favorable à un ou deux clubs serait mauvais pour tous les autres".

Enfin, celui qui s'est récemment fait quelques ennemis du côté de Paris, propose une solution claire pour éviter ce qu'il juge être comme un danger pour le football des clubs : "Il faut une union des Ligues, que chacun exprime sans peur ce qu'il pense de ce projet. Et si besoin, on utilisera tous les moyens légaux et politiques pour empêcher qu'il se réalise (...) Tout le monde est d'accord pour ne pas accepter une telle issue. Certains ont parfois peur de l'exprimer publiquement. Comme ce n'est pas mon cas, je traduis le sentiment général".

 

Fermer