News Résultats en direct
France

France, Noël Le Graët : "Adrien Rabiot ne doit pas être puni éternellement"

13:09 UTC+2 14/09/2018
Noel Le Graet
Noël Le Graët a affiché son mécontentement à l'encontre de Jean-Kevin Augustin, mais s'est montré plus souple envers Adrien Rabiot.

Si tous les voyants sont au vert sur le plan sportif du côté des différentes équipes de France avec le sacre des A lors de la Coupe du monde et la qualification des espoirs pour l'Euro U21, la FFF a tout de même quelques dossiers épineux à gérer. En effet, Adrien Rabiot puis Jean-Kévin Augustin ont manqué de respect au maillot bleu en refusant le statut de réserviste pour le premier et une sélection pour le second. Dans un entretien accordé à Ouest France, Noël Le Graët a affiché son mécontentement concernant l'attaquant du RB Leipzig.

"On a monté un dossier juridique sévère auprès de la FIFA au sujet de Jean-Kévin Augustin. C’est une question de respect des sélections, quelles qu’elles soient. Le joueur convoqué en Espoirs dit, et par texto, qu’il a trop mal aux jambes pour venir, et on le voit jouer un match amical avec son club de Leipzig et marquer deux buts ! Vous imaginez si tout le monde fait ça ?", a avoué le président de la FFF.

Deschamps jusqu'en 2022 ?

En revanche, Noël Le Graët s'est montré plus souple envers Adrien Rabiot, qui avait refusé de faire partie de la liste des réservistes lors de la Coupe du monde 2018 : "Quant à Adrien Rabiot, je dois le recevoir prochainement. Il a fait une grosse bêtise, il ne sera pas puni éternellement, mais ce n’est pas certain que Didier le reprenne tout de suite…".

Le président de la FFF a dévoilé son moment clé de la Coupe du monde 2018 : "L’Argentine. On n’était pas trop bien au premier tour, on ne dominait pas notre sujet, on est mené 2-1, et là on change de dimension… J’ai senti qu’il se passait quelque chose, l’équipe était cohérente, et qu’on pouvait aller au bout. Pogba qui était un peu chahuteur est devenu alors un sacré leader".

Invité à répondre concernant une possible présence de Didier Deschamps en 2022, Noël Le Graët n'a pas fermé la porte : "Je l’ai prolongé jusqu’en 2020 avant d’aller en Russie et je crois que j’ai bien fait. Moi aussi je suis là jusqu’en 2020, on a le temps de parler de prolongation… Le rôle d’un président de la FFF, c’est de mettre les hommes à la bonne place. À un moment, j’ai arrêté Laurent Blanc pour mettre Didier Deschamps, ce n’était pas une mauvaise idée, je crois. Je m’occupe de ce qui me regarde, c’est-à-dire la structure. Le reste. je n’y suis pas pour grand-chose, sauf pour la confiance que j’accorde".