News Résultats en direct
Coronavirus

EXCLU - Mathieu Peybernes : "On voulait reprendre quoi qu'il arrive"

09:00 UTC+2 26/05/2020
Mathieu Peybernes Lugo Segunda B
Prêté à Lugo par Almeria en D2 espagnole, Mathieu Peybernes (29 ans) réagit pour Goal à la reprise du championnat autorisée à partir du 8 juin.

Mathieu Peybernes (29 ans) et le club de Lugo, en D2 espagnole, vont pouvoir retrouver la compétition à partir du 8 juin.

Samedi, le gouvernement a autorisé la reprise du championnat suspendu depuis mi-mars en raison de l'épidémie de Covid-19. "Une bonne nouvelle" pour le défenseur français, qui fait figure de cadre dans une équipe à la lutte pour le maintien en deuxième division.

Prêté par Almeria, l'ancien Lorientais devrait également vivre un mercato agité. Sollicité en France (Lens, ASSE) et à l'étranger (Brighton, Getafe, Levante...), il n'écarte pas un retour en Ligue 1 même s'il se sent bien en Espagne.

Liga : reprise le 11 juin avec le derby de Séville ?

Comment avez-vous accueilli la nouvelle de la reprise du championnat ?

Mathieu Peybernes : On savait qu'on reprendrait sûrement le week-end du 12 juin. C'était la date plus ou moins fixée par La Liga, mais 48 heures avant l'annonce du gouvernement on a eu une autre information qui parlait d'une reprise le 19 juin... Finalement, on pourra bien reprendre la semaine du 8. C'est une bonne nouvelle, car on a envie de jouer ! Maintenant qu'on a une date officielle, on va vraiment pouvoir se projeter sur la reprise.

Comment se sont organisées ces dernières semaines d'entraînement à Lugo, et dans quelle phase allez-vous rentrer désormais ?

On a repris il y a deux semaines par des entraînements individuels. Le club avait mis en place une sorte de roulement pour qu'on ne soit pas plus de six en même temps sur le terrain. Un joueur arrivait au centre toutes les 15 minutes, à partir de 8 heures du matin, et ça s'enchainait comme ça... Depuis la semaine dernière, on a repris par groupes de dix avec un maximum de dix joueurs sur le terrain. Et on va sûrement attaquer les entraînements collectifs très bientôt je pense.

Lugo était 20e (sur 22) et relégable avant la suspension du championnat. C'est donc une chance pour vous que la saison reprenne ?

Bien sûr, on voulait reprendre quoi qu'il arrive pour ne pas vivre la même chose qu'en France, avec des recours déposés par Amiens et Toulouse par exemple. Ça peut paraître injuste pour certains clubs et là, on va avoir la chance de défendre notre place sur le terrain.

Comment jugez-vous votre saison là-bas ?

D'un point individuel, c'est très positif. J'ai été élu trois fois d'affilée joueur du mois, j'ai figuré dans plusieurs équipes types. Mais sur le plan collectif, malheureusement, les résultats ne sont pas à la hauteur et c'est sûr que j'aspire à avoir de meilleurs résultats avec mon équipe. Il reste onze matches pour relever la barre et se sauver dans ce championnat. Je suis convaincu qu'on a toutes les qualités pour y arriver.

"Je ne ferme pas la porte à un retour en France"

À quoi ressemble la D2 espagnole qu'on connaît assez peu en France ?

C'est assez similaire à ce qui peut se faire en Liga, avec du jeu court, du redoublement de passes, un jeu basé sur la possession du ballon. C'est moins impressionnant dans les duels et au niveau physique par rapport à ce qu'on a l'habitude de voir en France ou dans d'autres championnats, mais sur le plan technique c'est autre chose...  "Plus t'as le ballon, moins tu cours". C'est ce qu'on dit ici, et c'est un petit peu la philosophie.

Que va-t-il se passer pour vous cet été ? Un retour à Almeria paraît compliqué ?

C'est vrai que ça semble difficile de revenir à Almeria après ce qui s'est passé l'été dernier. Il y a eu l'arrivée de nouveaux investisseurs, un changement de direction et d'entraîneur. On devra avoir une discussion et à partir de là on pourra se projeter sur le mercato qui va être important pour moi. J'arrive à un âge où je suis à la maturité du poste comme on dit. J'ai envie de me poser dans un club avec un vrai projet parce que ça fait trois, quatre ans que je bouge beaucoup. J'ai besoin de stabilité sportive et mentale. C'est important pour moi et ma famille. 

Lens et Saint-Etienne seraient parmi les clubs intéressés. Un retour en France est envisageable ?

J'ai vu passer ces informations. Lens et Saint-Etienne sont des clubs historiques en France, et c'est valorisant qu'ils s'intéressent à moi. Ça prouve que mes performances sont plutôt bonnes à Lugo, et c'était mon but quand j'ai signé ici. Je voulais avoir du temps de jeu et montrer de quoi j'étais capable. Aujourd'hui, je ne ferme aucune porte. Un retour en France est possible, même si je me suis bien acclimaté en Espagne et que je m'y plais.

Propos recueillis par Benjamin Quarez