Algérie, Belmadi : "Si Delort a ses documents, alors il est sélectionnable"

Commentaires()
Getty
Djamel Belmadi fait savoir qu'il est prêt à faire appel à Andy Delort pour peu que ce dernier soit éligible pour jouer avec la sélection algérienne.

Quatrième meilleur buteur de la Ligue 1 cette saison, Andy Delort (14 buts) a récemment surpris tout son monde en indiquant qu'il souhaitait jouer pour la sélection algérienne. Le natif de Sète a justifié cette décision par le fait qu'il avait des racines (de par sa mère) de l'autre côté de la Méditerranée, et il a déjà entamé des démarches pour avoir le passeport algérien.

À un mois du début de la CAN en Egypte, la nouvelle en question a fait beaucoup réagir en Algérie. Il y en a qui se félicitent de pouvoir compter sur un tel renfort chez les Fennecs, et d'autres qui jugent que le buteur pailladin a opté pour l'Algérie par défaut et qu'il ne méritait pas de prendre la place d'un joueur qui a participé aux éliminatoires.

Le débat fait rage, mais il n'y a qu'un homme qui est susceptible de trancher. Et c'est le sélectionneur Djamel Belmadi. Invité de l'émission Tribune Sports de BeIn Sports ce dimanche, il a répondu sans détour sur ce sujet : "À ma première conférence de presse en tant que sélectionneur, j'ai dit que tous ceux qui ont le S12 (le document qui prouve la nationalité algérienne, ndlr) étaient sélectionnables. Le jour où il récupère ce document, on estime qu'il est algérien et sélectionnable".

L'article continue ci-dessous

"Amener de la concurrence, ça ne peut faire que du bien"

Concernant le profil du joueur, Belmadi a reconnu qu'il était "très intéressant", tout en précisant "qu'il y a aussi d'autres (joueurs) qui ont marqué autant de buts que lui". Il a ensuite enchéri en indiquant que "c'est risqué de partir à l'aventure et prendre des joueurs qui n'ont encore jamais joué (en sélection)", mais a relevé d'un autre côté que "la concurrence au sein de l'équipe, c'est essentiel. C'était un problème avant mon arrivée. Se sentir en danger c'est bien. On peut imaginer le (Delort, ndlr) voir arriver".

Enfin, et en maniant l'humour, Belmadi s'est dit surpris par la rapidité avec laquelle tout est allé très vite pour Delort ces derniers jours: "Il a été très actif sur sa communication et pour récupérer ses papiers. Je ne me rappelle pas avoir eu autant de privilèges. C'est ce qu'on va retenir".

"Je connais la position d'Aouar"

Parmi les joueurs évoluant en France, il n'y a pas que le cas Delort qui fait jaser. Celui de Houssem Aouar, la pépite lyonnaise également. Toutefois, et contrairement au buteur du MHSC, ce dernier n'a pas encore exprimé son désir de jouer pour l'Algérie. Interrogé à propos du milieu de terrain rhodanien, Belmadi a confié : " je ne l'ai pas rencontré. Je ne lui ai pas parlé non plus. Je connais sa position. Il a un Euro Espoirs à préparer avec l'Equipe de France. Après, on ne sait pas. C'est un choix que lui seul doit faire et je n'ai pas à le convaincre".

"Je ne construis pas l'équipe autour de Mahrez"

Actuellement, et en attendant peut-être des renforts dans le futur, la star algérienne demeure Riyad Mahrez. Cependant, le sociétaire de Manchester City se trouve dans une mauvaise passe, puisqu'il enchaine les matches sur le banc. Belmadi va-t-il construire son équipe autour de lui malgré cet état de fait ? La réponse du sélectionneur : " Je ne construis l'équipe autour de personne, mais autour d'elle-même. A part Messi, je ne vois pas où l'on peut construire autour d'une personne. Et même avec Messi, en Argentine, on a vu que cela peut être problématique. Mais c'est un joueur très important. Et je suis sûr qu'il sera capable de surmonter ça. A la limite, c'est mieux pour moi. Il ne sera pas éreinté à la CAN".

"Moi, je veux gagner la CAN"

La CAN, un tournoi que la sélection algérienne va attaquer avec beaucoup d'ambition et d'appétit. Et Belmadi, ne s'en cache pas. Pour lui, l'objectif n'est autre que de monter sur le toit du continent, même si les Fennecs restent sur un tournoi raté en 2017 (élimination au premier tour) et qu'ils n'ont jamais gagné cette compétition ailleurs que chez eux (en 1990). "On n'a jamais gagné de coupe d'Afrique en dehors de notre pays. L'objectif ça reste quand même de la gagner, a-t-il tonné. On démarre une compétition et on est des compétiteurs. On fera tout pour ça (aller au bout, ndlr). On dit que c'est une période de transition, mais moi je travaille à 100% pour pouvoir la gagner. Il n'y a pas à attendre". Un discours que tous les fans d'El Khadra vont certainement beaucoup apprécier.

Fermer