News Résultats en direct
Bundesliga

Willy Sagnol sur le banc du Bayern, l'heureux élu inattendu

17:49 UTC+2 28/09/2017
Willy Sagnol Bordeaux Ligue 1
Pour assurer l'intérim après le limogeage d'Ancelotti, la direction du Bayern a choisi de promouvoir Willy Sagnol. Un choix pour le moins surprenant.

Comme ce fut déjà le cas l'année dernière, il y aura un entraîneur français sur le banc d'une équipe de Bundesliga cette saison. Et pas n'importe laquelle. Pour prendre la suite de Carlo Ancelotti, limogé au lendemain de la large défaite face au PSG en Ligue des Champions (3-0), la direction du Bayern Munich a décidé de faire confiance à celui qui était adjoint de l'entraineur italien, en l'occurrence Willy Sagnol. Deux mois à peine après être revenu en Bavière, le jeune technicien français de 40 ans se voit octroyer la plus lourde et aussi la plus prestigieuse des tâches : diriger le plus grand club d'Allemagne.

Le Bayern se sépare d'Ancelotti 

Sagnol n'est pas un novice dans le métier. Depuis qu'il a entamé sa reconversion, cet ex-international tricolore (58 sélections) a déjà connu deux expériences. Il s'est d'abord occupé de la sélection française espoirs pendant un an (2013-14). Puis, il a pris les commandes des Girondins de Bordeaux, où il avait succédé à Francis Gillot. Une première aventure en Ligue 1 qui n'est pas allée à son terme, mais qu'il serait difficile de qualifier d'échec total. En somme, le natif de Saint-Etienne ne vient pas sans bagage. Cela étant, le bagage en question apparait tout de même assez léger pour s'occuper d'un club de la dimension du Bayern.

Qu'un entraineur au vécu aussi limité prenne les commandes de l'équipe munichoise est une énorme surprise, même dans le rôle d'entraîneur intérimaire. Le Bayern n'a pas l'habitude de parier sur des techniciens au pedigree aussi réduit. La dernière fois, c'était en 1991 lorsque le méconnu Danois Soren Lerby avait succédé à Jupp Heynckes. Intronisé début octobre, il n'était d'ailleurs pas resté très longtemps. Au mois de mars suivant, il était déjà appelé à laisser sa place au profit d'Erich Ribbeck. Depuis, le Bayern n'a plus fait appel à un coach aussi jeune - jusqu'à aujourd'hui donc - et Lerby n'a plus dirigé la moindre équipe professionnelle.  

Le Bayern n'avait pas d'autres options

Pourquoi ce choix alors ? Parce que le Bayern doit avant tout agir dans l'urgence. Le départ d'Ancelotti après seulement un mois de compétition n'était pas programmé. En ces circonstances, la meilleure solution, ou plutôt la moins mauvaise, était de nommer quelqu'un en place, qui connait assez bien la maison et qui n'aurait pas besoin de trop de temps pour installer un dialogue avec les joueurs. Le profil de Sagnol colle parfaitement à la description. De plus, c'est un ancien joueur du club, resté à Munich pendant neuf ans et qui a vécu à la fois les montées au sommet (titre de champion d'Europe en 2001) ainsi que les saisons blanches et les crises institutionnelles (2006-2008). 

Sagnol mesure assurément bien la chance qu'il a d'occuper cette responsabilité. Même s'il avait déclaré à son retour en Allemagne qu'il ne nourrissait "aucune ambition", il sait qu'il s'agit là de la chance d'une vie. Que même s'il n'est là qu'à titre provisoire, il serait bien inspiré de réussir dans sa mission afin de lancer définitivement sa carrière d'entraineur. Ça serait aussi une belle manière pour lui de montrer qu'il vaut bien mieux que l'image qu'il avait laissée en France. Celle d'un technicien aux idées de jeu assez floues et un homme aux principes douteux en raison de propos maladroits concernant les joueurs africains durant son passage en terre aquitaine.