Tottenham, Pochettino répond à la critique de Wenger

Commentaires()
Mauricio Pochettino, le coach de Tottenham, n'a pas du tout aimé le tacle d'Arsène Wenger contre son club.

Après la demi-finale de League Cup gagnée contre Chelsea mercredi, Arsène Wenger s'était permis de se moquer du palmarès de Tottenham. Le coach français n'est pas coutumier de ce genre de remarques désobligeantes à l'encontre d'un rival. Et c'est peu dire que sa sortie a été très mal accueillie dans le camp des Spurs.

Pochettino calme le jeu pour Malcom

Ce jeudi, le manager Mauricio Pochettino est monté au créneau pour défendre son club, mais aussi et surtout pour remettre le technicien alsacien à sa place. "Je respecte Wenger. Je le respecte tellement que je ne vais rien répondre. Je suis un jeune coach. Je n'ai que 5 ans en Premier League et dans deux différents clubs. Mais il ne sert à rien de parler d'autres équipes. Le football, ce n'est pas seulement des trophées. Pour moi, il fera toujours partie des plus grands mais il doit parler d'Arsenal et seulement d'Arsenal".

Tout en critiquant son homologue des Gunners, le coach argentin a aussi fait part de son estime envers ce dernier en raison de tout ce qu'il a accompli depuis Je lui laisserai toujours le crédit de ce qu'il a fait depuis 20 ans. "Je lui ai toujours fais des compliments. J'ai toujours dit que cinq ans dans un club c'est bien, dix c'est fantastique et vingt c'est incroyable et spécial. C'est un coach spécial. Tout le monde peut faire une erreur. Je pense qu'il a fait une erreur en parlant de nous en mal", a conclu l'ancien défenseur parisien.

Prochain article:
Mercato : le PSG à la lutte avec Chelsea pour recruter Paredes
Prochain article:
Lille-Amiens 2-1 - Laborieux mais renversant, le LOSC enchaîne
Prochain article:
Bundesliga - Hoffenheim 1-3 Bayern Munich : les Bavarois débutent 2019 avec le sourire
Prochain article:
Ligue 2 - 21e journée : le leader Metz surpris par Clermont, Auxerre poursuit sa remontée
Prochain article:
Bordeaux - Ricardo compte sur Driss Trichard mais...
Fermer