PSG-Reims (0-2) : déjà la fin de l'euphorie pour Paris

Commentaires()
Angel Di Maria PSG Reims Ligue 1 25092019
Getty
Ce mercredi contre Reims (0-2), le PSG a concédé sa 2e défaite de la saison, une semaine après avoir atomisé le Real Madrid. Un gros coup sur la tête.

Du déchet, peu de mouvement et un résultat négatif au final. Une semaine après sa démonstration contre le Real Madrid (3-0), ici-même au Parc des Princes, le PSG est tombé pour la deuxième fois de la saison en Ligue 1, contre Reims (0-2), après seulement 7 journées. La conséquence d'un match sans imagination des hommes de Thomas Tuchel, qui n'ont que très rarement réussi à mettre en difficulté une équipe rémoise bien organisée.

Pour ce rendez-vous, l'entraîneur allemand avait décidé d'opérer un large turn-over compte tenu des nombreuses blessures et de l'énergie dépensée par ses joueurs ces derniers matches. Thiago Silva et Idrissa Gueye n'étaient pas dans le groupe. Quant à Marquinhos et Angel Di Maria, ils ont démarré sur le banc, laissant Loïc Mbe Soh, Layvin Kurzawa ou encore Leandro Paredes débuter la rencontre. Mais les habituels remplaçants n'ont pas répondu aux attentes.

Mbe Soh, Kurzawa, Paredes... Ils n'ont pas saisi leur chance

Alors que l'occasion leur était offerte de se montrer, ils ont eu du mal à prendre la relève, à l'image du jeune Mbe Soh (18 ans). Lancé à droite pour sa première titularisation de la saison, l'habituel défenseur central, capitaine la semaine dernière en Youth League, ne s'est pas montré sous son meilleur jour. Il a même été battu dans les airs par Hassane Kamara et son mètre 68 - soit 18cm de moins que lui - sur le premier but rémois (0-1, 29e).

PSG Reims Ligue 1 25092019

L'article continue ci-dessous

Mais ce n'est pas uniquement le "Titi" qui a raté sa sortie. C'est l'ensemble de l'équipe qui est passée au travers, rappelant que tout n'est pas encore parfait en ce début de saison. D'ailleurs, exceptée la giffle infligée au Real Madrid, les derniers matches avaient déjà montré certaines limites.

Contre Strasbourg et l'Olympique Lyonnais (deux victoires 1-0, ndlr), la finalité aurait été toute autre sans les coups de génie de Neymar. Le Brésilien, par deux fois, avait permis à son équipe de s'imposer dans les toutes dernières minutes. Cette fois-ci, l'histoire ne s'est pas répétée, et c'est un PSG aphone qui s'est incliné. Un retour sur terre après cinq victoires consécutives, et un sérieux rappel à l'ordre après l'euphorie madrilène de la semaine dernière.

Benjamin Quarez, au Parc des Princes.

Fermer