PORTRAIT - Jean-Charles Castelletto, un leader dans son genre au Stade Brestois

Commentaires()
Getty
Jean-Charles Castelletto, 24 ans ce samedi, est rarement mis en lumière. Pourtant, il est un élément important du Stade Brestois de Jean-Marc Furlan.

"Je n'aime pas trop parler de moi. Je suis là, je fais mon truc et si le coach est satisfait, je le suis aussi." Jean-Charles Castelletto n'est pas du genre prétentieux. Il fait son taff. C'est tout. Mais il n'en reste pas moins un élément important du Stade Brestois. Jean-Marc Furlan le décrit comme "un leader dans son domaine". Un défenseur central solide qui compte déjà 129 matches de Ligue 2, et qui fête ses 24 ans ce samedi. "Quand je suis arrivé ici, à l'été 2017, je ne partais pas en tant que titulaire. J'essayais de montrer ce que je savais faire. Mais c'est sûr que j'ai franchi un palier depuis mon départ du Red Star", explique pour Goal le défenseur brestois.

"J'ai acquis de l'expérience"

Jean-Charles Castelletto a nettement progressé, dans son jeu de passes par exemple. Une évolution logique dans une équipe coachée par un homme qui aime tant le jeu avec ballon. "Au départ, à Brest, j'optais plutôt pour la sécurité dans mon jeu de passes. Mais petit à petit, j'ai pris confiance, et je me suis dit que je pouvais le faire. J'ai aussi progressé au duel et dans mon placement", précise l'intéressé pour qui le début de saison a été "un peu compliqué", mais qui a vite remis la machine en route, à l'image de son équipe, solidement accrochée à la deuxième place du championnat. "On jouait dans un autre schéma, on défendait différemment. Il a fallu régler ça, et après on a enchaîné les victoires, commente Jean-Charles Castelletto. J'ai eu un petit malheur, c'est le carton rouge en Coupe de France le mois dernier. Mais j'ai continué à bosser pendant ma suspension. Je suis bien revenu, et je suis content de mes performances depuis mon retour contre Troyes et le Paris FC."

Jean Charles Castelletto Brest Ligue 2

L'article continue ci-dessous

Régulièrement aligné avec Anthony Weber, c'est avec Brendan Chardonnet qu'il a évolué lundi au stade Charléty. Une charnière qui sera reconduite contre Sochaux en l'absence de Weber, suspendu de nouveau. "Avec Weber, on a nos habitudes, mais tout est une histoire de communication. Je suis quelqu'un qui communique beaucoup, mais avec Anthony je me concentre plus sur moi", note Jean-Charles Castelletto, auteur de trois buts toutes compétitions confondues, soit un de plus que la saison dernière. "Je n'ai pas toujours marqué autant, rappelle-t-il. Je pense que j'ai acquis de l'expérience. Aujourd'hui, je sais à peu près où le ballon va tomber alors qu'à Auxerre, mon club formateur, je ne touchais pas une quille dans la surface adverse. Je réfléchis un peu plus sur ce genre de situation et je sens davantage les coups."

"Jouer un jour en Ligue 1"

Tous ses buts ont été marqués sur coups de pied arrêtés cette saison. Une arme redoutable pour le Stade Brestois. "C'est Bruno Grougi qui tire les coups de pied arrêtés chez nous. Cette année, on les travaille beaucoup et ça paye aujourd'hui", confirme Castelletto, pour qui le duel dans les deux surfaces est une source de motivation de par son poste. "Je suis assez petit pour un défenseur central (1,85m), donc je compense par la vitesse et le duel. Le coach, parfois, me demande de me canaliser, mais c'est quelque chose que j'aime depuis toujours. En Premier League ou en Championship, quand un défenseur remporte un duel, tout le stade se lève. Et bah moi, c'est ce que j'aime. Je ressens une satisfaction à chaque fois que je gagne un duel", nous dit-il avec un sourire non dissimulé.

"En match comme à l'entraînement, je n'aime pas perdre. Je me donne toujours à fond", reprend Castelletto, qui voit la Ligue 1 se rapprocher de semaine en semaine. "Tout le monde rêve de jouer un jour en Ligue 1. Mais avant de s'enflammer, il faut continuer à travailler. Cette saison, on a appris de nos erreurs. Un match comme celui de lundi, on l'aurait peut-être perdu par le passé, mais la saison est encore longue", ajoute-t-il avec l'espoir également de disputer la Coupe d'Afrique des nations l'été prochain avec le Cameroun (1 sélection). "C'est un objectif. Oui, je veux gratter une place pour la CAN", répond-t-il. Une CAN qui ne sera pas organisée par le Cameroun. Mais en Egypte.

Fermer