Mohamed Salah, le Pharaon qui marche sur l'eau

Commentaires()
Getty
L'Egyptien a vite pris ses marques à Liverpool. Meilleur buteur de la PL, il a éteint le débat concernant sa capacité à briller dans ce championnat.

Lorsqu'en juin dernier, Mohamed Salah s'est engagé en faveur de Liverpool moyennant une indemnité de transfert record pour un joueur africain (42M€), les observateurs en Angleterre étaient divisés quant à la capacité de l'Egyptien à répondre aux attentes du côté d'Anfield. Il y avait ceux qui ont applaudi le recrutement des Merseysiders en mettant en avant la progression qu'a connue le joueur depuis son départ pour l'Italie. Et, d'un autre côté, il y a ceux qui parlaient d'un pari risqué en arguant que le profil du joueur ne se mariait pas avec les exigences de la Premier League anglaise et justifiaient cette défiance par le passage raté du Pharaon à Chelsea en 2014. Chaque avis était respectable, mais six mois après, le désaccord n'est plus de mise. Le nouveau numéro 11 des Reds a mis tout le monde d'accord en réussissant un début de parcours époustouflant sous le maillot rouge.

Déjà intouchable chez les Reds

S'imposer au sein d'une attaque qui tournait à plein régime et où les places étaient particulièrement chères avec les présences de Roberto Firmino, de Philippe Coutinho, de Daniel Sturridge et de Sadio Mané n'était pas gagné d'avance. Salah a su non seulement le faire, mais aussi convaincre et se rendre même incontournable. Cela fait 16 matches de suite, toutes compétitions confondues, que l'ancien Giallorosso est titulaire à Liverpool. La dernière fois qu'il a démarré sur le banc c'était le 19 aout, soit trois mois complets à évoluer toujours d'entrée et ce malgré la fatigue relative à la répétition des matches.

Rio Ferdinand : "Liverpool ne sait pas défendre"

Klopp n'ose plus se passer de sa recrue phare. Pourquoi le ferait-il alors que l'Egyptien répond à toutes ses attentes, et au-delà de toutes les espérances ? Au bout de 19 matches joués, il a déjà marqué à 14 reprises (9 fois en PL). La statistique est impressionnante. Et elle l'est à plus forte raison lorsqu'on sait que ce total de réalisations était celui qu'a cumulé Sadio Mané sur tout l'exercice écoulé. Par ailleurs, un démarrage aussi prolifique avec la tunique rouge sur le dos, même Luis Suarez et Fernando Torres, les deux meilleurs réalisateurs étrangers de l'histoire du club, n'en ont pas connu. Et ce côté décisif est conforté par les trois passes décisives qu'il a également délivrées.

Même Harry Kane ne fait pas le poids

En l'espace de quelques mois seulement, Salah a donc fait taire tous ses contempteurs, et en particulier ceux qui pointaient du doigt sa propension à trop gâcher les munitions aux avant-postes. Certes, le gaucher ne convertit pas tout ce qu'il entreprend, mais son taux de buts marqués sur les tirs tentés n'est pas inférieur à ceux des meilleurs buteurs de ce championnat. À titre d'exemple, en comparaison avec Harry Kane, qui le talonne dans ce classement, il est largement devant. Le Spur a un taux de conversion de 13,6%, tandis que celui du Red est de 18.9%. Et pour ce qui est de la précision de tir (tirs cadrés/tirs tentés), la différence est encore plus tangible : Salah est deux fois meilleur dans ce domaine (64,9 contre 37,3%). Et dire qu'il n'est même pas un avant-centre pur.

Salah a donc su confirmer à Liverpool tous les progrès qu'il a laissés entrevoir en Italie. Et son apport ne se vérifie pas uniquement à travers son adresse aux avant-postes. L'ex-sociétaire du FC Bâle se fait remarquer par sa générosité dans l'effort, l'aisance qu'il a de multiplier les courses pendant 90 minutes et aussi la belle relation technique qu'il a su nouer avec ses partenaires. Il ne faut pas chercher plus loin la raison pour laquelle Klopp le fait jouer régulièrement et le garde sur le terrain le plus longtemps possible. La seule fois où il l'a sorti avant le dernier quart d'heure c'était le jour de la déroute contre Manchester City (0-5) pour des raisons purement tactiques.

Les absents africains du Goal 50

Le week-end dernier, à la suite du large succès contre Southampton où Salah a mis son deuxième doublé consécutif, le coach allemand n'a d'ailleurs pas manqué de dire tout le bien qu'il pensait de son protégé. "C'est sa période et c'est tellement mérité. Il est important même quand il ne marque pas parce qu'il tire l'équipe vers le haut", a-t-il confié. Des déclarations qui sonnent comme un écho aux propos louangeurs qu'avait tenus au début du mois sur BT Sport l'ancienne légende des Reds, Steven Gerrard : "il est le meilleur joueur de l'équipe et de loin. Il est énorme, magnifique à voir. C'est le genre de joueur pour lequel vous serez prêts à payer beaucoup d'argent afin de le voir chaque semaine. Il tape immédiatement à l'œil et il est si rapide. Et quand un joueur aussi rapide a en plus la technique et un superbe toucher de balle, il est définitivement un joueur de classe mondiale".

L'article continue ci-dessous

Il peut aller chercher le record de Suarez 

À Liverpool, on doit donc grandement se féliciter d'avoir su flairer le bon coup l'été dernier. Et cela doit faire grincer quelques dents du côté de Chelsea. Comme ils l'avaient déjà fait avec Romelu Lukaku et Kevin De Bruyne, les Blues ont laissé échapper une perle rare. Contrairement à José Mourinho, Klopp a donc su exploiter au mieux le potentiel de l'Egyptien. Et ce n'était pas si compliqué si l'on fie à ce qu'il a déclaré après la victoire contre les Saints : "Il n'est pas revenu revanchard en Angleterre. Non, il ne s'est pas dit "maintenant, vous allez voir le vrai Salah". Il était totalement décontracté. Bien sûr, il voulait montrer ce qu'il valait, mais tout le monde le savait déjà. C'était un gamin lorsqu'il est arrivé à Chelsea, et maintenant c'est un homme. C'est aussi simple que ça". Une analyse que partage Ahmed Hossam Mido, ancien grand attaquant égyptien, passé également par la PL. "Il lui fallait gagner en personnalité et c'est ce qu'il a fait. Il est plus fort mentalement", a estimé l'ancien marseillais lors d'une intervention sur la TV égyptienne ONSports.

Mido voit Salah au Real Madrid un jour

Un homme qui ne se gênera pas ce samedi pour faire mal à son ancienne équipe. Car s'il n'est pas rancunier, Salah est aussi quelqu'un qui ne fait pas de sentiment. Il l'a déjà démontré, notamment en Italie en plantant trois buts à la Fiorentina avec la Roma (1 à l'aller, 2 au retour), la saison qui a suivi son départ de Toscane. Et puis, outre l'objectif qu'il a de guider son équipe vers le sommet, il doit aussi être motivé pour continuer à battre les records individuels. Le meilleur buteur de Liverpool sur une saison en Premier League est Luis Suarez (31 buts en 2013/14). Une marque que l'Egyptien peut très bien aller chercher. Histoire de laisser une empreinte définitive sur un championnat où beaucoup ne le voyaient pas réussir. 

Fermer