Mauricio Pochettino, le coach sans titre qui a la cote

Commentaires()
Getty Images
Malgré un CV vierge de trophée, l'entraineur argentin fait partie aujourd'hui des techniciens en vogue et son travail à Tottenham incite le respect.

Faut-il avoir un palmarès long comme le bras pour être considéré comme un grand entraineur ? Théoriquement, la réponse est oui. Mais, il existe des contre-exemples qui tordent le cou à cette réflexion. Et celui qu'incarne Mauricio Pochettino en est le meilleur. Même s'il n'a encore rien gagné depuis ses débuts dans le métier en 2009, le technicien argentin est de l'avis de la plupart des observateurs, ainsi que de ses pairs, l'un des meilleurs coaches en activité. Ce qu'il a réalisé et réalise toujours à Tottenham, avec des moyens moindres que tous ceux de ses concurrents, tend à confirmer cette impression générale.

Avec lui, Tottenham est devenu un abonné du Top 4

Pochettino est chez les Spurs depuis 2014. Il y est arrivé en provenance de Southampton, son premier club dans le championnat anglais, et pour remplacer Tim Sherwood. Et à partir de cette date-là, et si l'on excepte le premier exercice qui avait été celui de l'adaptation, l'équipe londonienne a toujours terminé dans le Top 5 du classement. Et, elle a aussi et surtout bouclé trois exercices d'affilée sur le podium. Ce qui est inédit pour ce club en Premier League. Une présence dans le trio de tête est aussi synonyme de qualification en Ligue des Champions et "Poche" est le premier manager à avoir guidé l'équipe londonienne en C1 plus d'une fois. 

Il ne fait donc aucun doute qu'avec l'ancien défenseur du PSG à sa tête, Tottenham a progressé. Avant la venue de ce dernier, la formation du Nord de Londres concourait au mieux pour les places européennes. Désormais, elle s'invite systématiquement à la lutte du haut de tableau. Il y a deux ans, elle a même été tout proche d'être sacrée, n'abandonnant le titre à Leicester qu'à trois journées de la fin. Les mauvaises langues continueront certainement à relever que Terry Venables reste le dernier entraineur à avoir offert un titre d'envergure à ce club (la FA Cup 1991), il n'en demeure pas moins que Tottenham est redevenu un club qui compte et qui côtoie des hauteurs qu'il n'a plus fréquenté depuis les années 80.

L'article continue ci-dessous

Les stars de l'équipe lui jurent fidélité

Il n'y a pas qu'à travers les résultats que l'apport de Pochettino à Tottenham est perceptible. En analysant et en contemplant l'effectif, on peut aussi mesurer le rôle important qu'a eu l'Argentin. Ce qui en ressort, à première vue, c'est la stabilité et le maintien d'un noyau dur malgré la succession des mercatos et des approches des grands clubs. Le mérite de l'entraineur est d'avoir su garder ses cadres, les allier à son projet et les amener à progresser ensemble sans prêter attention aux sollicitations extérieurs. Et c'est loin d'être une tâche aisée, surtout par les temps qui courent. Retenir un Harry Kane, un Christian Eriksen ou un Dele Alli est tout sauf évident, en dépit de toutes les garanties financières qu'on peut offrir.

Evidemment, l'entraineur n'est pas le seul à veiller au bon déroulement du projet. À Tottenham, le président Daniel Lévy accomplit également un travail d'orfèvre, de même que l'ensemble du board. L'emménagement dans le nouveau White Hart Lane marque aussi le début d'une ère nouvelle qui s'annonce particulièrement excitante. En somme, tous les ingrédients sont réunis pour que le club avance et c'est un contexte de travail favorable et propice aux bons résultats. Néanmoins, il n'est pas sûr du tout qu'avec un autre manager, les résultats sportifs auraient été aussi convaincants. Et la succession des coaches sur le banc avant l'arrivée de l'Argentin (10 rien que sous l'ère Lévy) suggère que ce poste a rarement eu un meilleur occupant chez les Spurs.

À présent, et alors qu'il a prolongé son contrat au club jusqu'en 2023, Pochettino n'a plus qu'une chose à accomplir pour entrer définitivement dans l'histoire du club : remporter un titre. Ce n'est qu'à ce prix qu'il aura enfin toute la reconnaissance qu'il mérite. Que ça soit aux yeux des fans l'équipe et aussi ceux des rivaux. Et puis, ça serait une belle manière de parachever son œuvre et filer éventuellement vers une destination plus prestigieuse par la suite. Il parait que son rêve est de prendre un jour les rênes du Real Madrid. À la Casa Blanca, à moins qu'on soit débauché de la Castilla comme Zinedine Zidane ou Santiago Solari, il est toujours préférable pour un technicien de débarquer avec au moins une ligne au palmarès afin d'avoir une crédibilité aux yeux du vestiaire. 

Prochain article:
ASSE-OL (1-2) - Moussa Dembélé offre le derby et se règle à l'heure lyonnaise
Prochain article:
ASSE-OL, Aulas, Genesio et toutes les réactions en zone mixte
Prochain article:
Mercato - Almamy Touré (Monaco) à l'Eintracht Francfort l’été prochain ?
Prochain article:
Barça, Ousmane Dembélé touché à la cheville
Prochain article:
Saint-Etienne-Lyon 1-2, l'OL remporte un derby renversant
Fermer