Liverpool - Everton (0-2), les Reds touchent le fond

Curtis Jones Georginio Wijnaldum Liverpool Everton 2020-21
Getty
Liverpool continue sur son chemin de croix en cédant face à son rival d’Everton dans son fief d’Anfield (0-2).

La série noire de Liverpool ne cesse d’étirer. Ce samedi, l’équipe de Jurgen Klopp a encore compliqué sa situation en perdant sur ses terres face à Everton. Pour la première fois depuis 21 ans, les Reds ont cédé face aux Toffees à Anfield. Un coup dur de plus et qui plonge cette équipe dans un profond marasme. A quand la fin de cette interminable chute libre ?

Cela fait 18 ans que Liverpool n’avait pas enchainé quatre défaites de rang en Premier League. Et la dernière fois qu’ils ont enregistré quatre faux-pas consécutifs à Anfield c’était en 1923. Cela en dit long sur le côté exceptionnel de cette série noire et le mal profond dont souffre cette formation. 

Liverpool cueilli à froid d’entrée

Les Reds ont été douchés d’entrée dans cette partie et ils n’ont jamais été capables de rebondir. Au bout de trois minutes de jeu, Richarlison fixait Alisson d’un tir croisé suite à une excellente remise de James Rodriguez. Un but annonciateur d'une autre soirée sombre pour les locaux

En manque de confiance et toujours aussi brouillons offensivement, les hommes de Klopp ne sont pas parvenus à tromper Jordan Pickford. Ils n’ont même pas réussi à l’inquiéter, si l’on excepte une tentative de Trent Alexander-Arnold (21e) ou celle de Wijnaldum (92e) en fin de partie en deséspoir de cause. 

L'article continue ci-dessous

La panne sèche des Reds se prolonge

Henderson (20e), Mané à deux reprises (47e et 51e) et Salah (70e) ont bien tenté de relancer leur équipe, mais l’efficacité leur a fait défaut. Ou la réussite, c’est selon. Car oui, la chance continue aussi de fuir les champions d’Angleterre, comme en témoigne la sortie sur blessure du capitaine Henderson (30e, remplacé par Phillips). Avec cette nouvelle défection, Klopp se retrouve sans aucun de ses cinq premiers choix au poste d’arrière central. Une hécatombe qui l’a contraint à tester 18 charnières différentes depuis l’entame de la saison. Du jamais vu !

Il fut un temps où Liverpool, même bousculé, parvenait à tout renverser en fin de rencontre et s’en sortir miraculeusement. Ça ne pouvait pas être le cas cette fois-ci, puisqu’à mesure que la fin du match approchait, cette formation abdiquait et baissait complètement les bras. Comme si elle était gagnée par la fatalité. Le pénalty sévère concédé à la 81e (transformé par Sigurdsson), suite à un contre, a été l’ultime preuve que plus rien ne va au sein de la maison rouge. 

Fermer