News Résultats en direct
Coupe du monde

L'Allemagne tombe de très haut et ce n'est pas bon signe

19:44 UTC+2 17/06/2018
Thomas Muller Germany Mexico World Cup 2018 170618
Le champion du monde a essuyé un revers totalement inattendu lors de son premier match du Mondial 2018. Un revers dont il devra vite se remettre.

Ce n'est qu'un match et tout reste jouable, comme le prouve le parcours victorieux de l'Espagne à la Coupe du Monde 2010 après un revers initial contre la Suisse (0-1), mais l'Allemagne a quand même de quoi ruminer ce faux-pas contre le Mexique pendant au moins cinq jours et il n'est pas dit qu'elle puisse aisément repartir de l'avant à la suite de ce qui était sa première défaite en Coupe du Monde depuis huit ans et l'échec en demi-finale contre la Roja.

Les statistiques du match sont largement à l'avantage de la Mannschaft, qui a frappé (26 contre 13) et cadré (8 contre 4) deux fois plus que son adversaire du jour. La possession a aussi été pour les Européens (67%). Néanmoins, dominer n'est pas gagner et la bande à Low l'a constaté, pour une fois, à ses dépens. Contre une équipe superbement organisée, il n'y avait pas moyen de trouver le chemin des filets et c'est aussi pour la première fois en 8 matches dans cette compétition que les quadruples champions du monde ont manqué de scorer.

Kroos et ses coéquipiers ont encore deux matches à jouer. Les points perdus sont encore rattrapables et la qualification pour les huitièmes parfaitement jouable si on suppose que les résultats des deux derniers matches de poule soient plus favorables que celui du jour. Cependant, là où le bât blesse, c'est qu'en perdant cette première rencontre, il y a beaucoup de données qui changent et qui ont besoin d'être reconsidérées. L'Allemagne tablait sur la première place de sa poule pour éviter le Brésil en huitièmes de finale. Or, là, en laissant le Mexique prendre les commandes de la poule, elle se retrouve théoriquement en position de devoir défier la redoutable Seleçao au prochain tour. Toute tenante du titre qu'elle est, la Mannschaft ne doit pas se réjouir par cette éventualité, à fortiori à la suite d'un match perdu.

Aucun tenant du titre n'a franchi le premier tour depuis 2006

Il ne fait donc aucun doute que cette défaite n'est pas bonne pour le moral des Allemands. Et elle l'est d'autant moins qu'ils sont les premiers candidats au titre à trébucher dans cette compétition. Des sélections comme la France et l'Argentine ont eu du fil à retordre, mais ils n'ont pas perdu, quant à l'Espagne, son nul contre le Portugal, était porteurs de beaucoup de points positifs au vu de la physionomie du match. Enfin, il y a aussi le volet historique qui a de quoi plomber un peu plus l'ambiance : les deux dernières fois où un tenant du titre s'est incliné lors de sa première rencontre du Mondial une élimination dès le premier tour s'en est suivie (la France en 2002 et l'Espagne en 2014).

Pour Low, il convient donc de corriger le tir au plus vite. Il doit trouver le meilleur moyen pour redonner confiance à ses protégés. Un grand travail de psychologue l'attend donc, mais pas seulement. Le très respecté technicien doit aussi resserrer quelques boulons. Car si son équipe n'a encaissé qu'un seul but face aux Mexicains, elle a quand même essuyé un grand nombre de tentatives. Rien qu'en première période, il y en a eu dix. Il faut remonter à 1994 pour trouver une telle perméabilité défensive en leur sein lors des 45 premières minutes d'un match (face à la Corée du Sud). L'état de grâce de la Mannschaft est bel et bien terminé, et il va falloir se retrousser les manches si elle veut éviter d'être le troisième tenant du titre consécutif à sortir dès la phase de poules du Mondial.