Kasper Schmeichel, le héros malheureux

Commentaires()
Getty
Le gardien danois a stoppé un pénalty et deux tirs au but. Mais cela n'a pas suffi aux siens pour se défaire de la Croatie.

Le Danemark a vu ce dimanche son parcours en Coupe du Monde s'arrêter aux portes des quarts de finale. Mais, la sélection scandinave n'aura pas à rougir puisqu'elle n'a pas démérité lors de son huitième de finale contre la Croatie. Et s'il y a bien un joueur qui a tout fait pour que cette rencontre connaisse un dénouement différent c'est son gardien, Kasper Schmeichel. À un tir au but près, le "fils de" allait devenir le héros de toute une nation.

Le gardien de Leicester a fait honneur à son patronyme en sortant un match exceptionnel. Certes, il s'est fait surprendre dès la 4e minute par un tir de Mario Mandzukic, mais, pour le reste, il a bien rempli sa tâche. Il a même fait bien plus que ce qu'on attendait de lui, comme arrêter un pénalty à la 116e minute de jeu face à la star adverse, Luka Modric, alors que le score était d'un but partout.

L'article continue ci-dessous

En plongeant du bon côté sur le tir du milieu de terrain du Real Madrid, Schmeichel a cru avoir fait le plus dur. La séance des tirs au but qui se profilait ne pouvait logiquement que lui sourire à la suite de ce sauvetage. Mais, le sort en a décidé autrement. Ou plutôt Danijel Subasic. Le dernier rempart de l'AS Monaco lui a volé la vedette dans cet exercice. Les deux gardiens ont multiplié les arrêts, en effectuant même deux chacun, mais au final c'est le Croate qui a souri puisqu'il y a eu également un manqué d'Eriksen. Un dénouement cruel pour le grand blond.

Sous les yeux de son père, Schmeichel n'était donc pas loin d'écrire l'une des plus belles pages de l'histoire du Danemark. Ça ne sera pas pour cette fois. Cela n'enlève rien cependant à sa rayonnante prestation, peut-être la plus belle pour un gardien depuis le début de la compétition. C'est la preuve que ce sport peut parfois être bien cruel en ne récompensant pas les plus méritants parmi les individualités.

Imperturbable tout au long du match, Schmeichel l'est aussi resté au coup de sifflet final. Approché par les journalistes pour une réaction à chaud, il n'a pas cédé à l'abattement, préférant surtout souligner les efforts effectués par ses coéquipiers. "Pour nous, c'est un peu dur forcément. Il faudra du temps pour digérer cette défaite. Et lorsqu'on l'aura fait, on se rendra compte qu'on a mieux joué que la Croatie, en particulier en deuxième période, a-t-il confié sur BeIn Sports. On aurait dû finir le travail en prolongations. On n'a pas été chanceux. Mais on est fier. Il faudra apprendre de cette élimination". Avec de telles paroles, et s'il ne l'avait pas déjà fait auparavant, Schmeichel va définitivement conquérir le cœur de tous les Danois. Comme son père Peter l'avait fait à son époque.

Fermer