News Résultats en direct
Euro 2016

Hazard-De Bruyne, destins croisés

13:40 UTC+1 21/02/2016
Hazard vs De Bruyne
Eden Hazard et Kevin De Bruyne sont deux des meilleurs représentants du football belge. Mais, jusque-là, leurs courbes de performances n'ont pas encore convergé dans le même sens.

On le répète peut-être souvent mais le football belge n'a jamais été aussi bien fourni en grands talents qu'en ce moment. La sélection des Diables Rouges, qui figure en tête du classement FIFA depuis quelques mois, ressemble à une constellation de joueurs hors pair et son patron, Marc Wilmots, fait partie des techniciens les plus enviés  de la planète. En attendant que cette richesse se matérialise par un trophée remporté, ou une présence dans le dernier carré d'un tournoi majeur, la Belgique peut continuer à choyer ses joyaux et se délecter devant leurs performances dans les grands championnats européens.

Ils valent 114M€ à eux deux

Parmi les éléments qui font la fierté outre-Quiévrain il y en a deux qui sortent du lot, en l'occurrence Eden Hazard et Kevin De Bruyne. Ça ne serait pas faire offense aux autres de dire qu'en termes de qualité, ce duo c'est ce qui se fait de mieux au plat pays. Sa présence parmi les 23 nominés du dernier Ballon d'Or en est la preuve, tout comme le fait qu'avec Christian Benteke, ces deux joueurs figurent dans le Top 3 des joueurs belges les plus chers de l'histoire. En 2016, ils célèbrent tous les deux leurs vingt-cinq ans et cela donne une idée sur les progressions qu'ils pourraient encore accomplir et le niveau qu'ils pourraient atteindre si, par bonheur, ils réussissent à enchainer des saisons pleines, sans blessure. Ce qui pour l'instant n'a pas encore vraiment été le cas.

Hazard-De Bruyne c'est donc le tandem que la Belgique met le plus souvent en avant lorsqu'il s'agit de se vanter de sa génération dorée. Et cela semble aussi logique vu la cote dont jouissent le natif de La Louvière et celui de Tronchiennes en Premier League, le championnat où ils évoluent conjointement depuis l'été dernier -tout comme 50% de la sélection A. Néanmoins, s'il est évident que chacun des deux a réussi à faire parler de lui dans le prestigieux championnat anglais, il est intéressant de relever qu'ils ne l'ont pas fait durant la même période. Quand l'un rayonne, l'autre est en panne sèche et le constat ne diffère pas vraiment si on prend aussi en considération le passage de De Bruyne dans le championnat allemand (au Werder Brême et à Wolfsburg).

(Les statistiques du tableau ci-dessus concernent uniquement les championnats nationaux)

Quand l'un séduit, l'autre déçoit

Jusqu'ici, le roux le plus doué du football belge n'a réellement joué qu'une demi-saison en Angleterre. Cela donc rend difficile l'exercice qui consiste à comparer son rendement avec celui qu'a eu Hazard outre-Manche. Mais, toujours est-il que sur la période dite, à savoir la première partie de l'exercice 2015/16, l'ailier de Manchester City a été nettement plus performant que son compatriote. Toutes les statistiques l'illustrent, à commencer par les plus significatives, à savoir le nombre de fois où il s'est montré décisif. Sur la phase aller de la Premiership, l'ancien Lillois n'a marqué aucun but et délivré seulement deux passes décisives, pendant que l'ex-pensionnaire de Genk scorait à cinq reprises et offrait huit "assists" à ses partenaires.

De Bruyne a donc volé la vedette à Hazard. Mais, et tous les observateurs en conviendront, s'il y a eu une telle différence entre le rendement des deux Belges c'est surtout parce que l'ancien champion de France traverse une phase compliquée. Peut-être la plus délicate depuis qu'il a déposé ses valises à Londres en 2012. Beaucoup de facteurs l'expliquent à commencer par la dégradation de sa relation avec José Mourinho, mais aussi le contrecoup d'une campagne 2014/2015 où il a été exceptionnel de bout en bout. De Bruyne, lui, n'a pas eu à digérer quoi que ce soit si ce n'est ce transfert record (74M€) vers les Eastlands. De plus, ses derniers mois en Allemagne n'ont pas été particulièrement impressionnants (seulement 2 buts inscrits).

La montée en puissance de De Bruyne a donc été parallèle à la baisse de régime de Hazard. Doit-on y voir autre chose qu'une simple coïncidence ? Certainement pas, même si ce n'est pas la première fois que les deux milieux offensifs connaissent des fortunes diverses au cours d'une même année. En 2013, par exemple, c'est De Bruyne qui avait été en difficulté alors que l'ex-Dogue commençait à séduire du côté de Stamford Bridge. C'était la seule fois où ils étaient réunis sous les mêmes couleurs. Une cohabitation en club qui a duré à peine un mois en raison de la réticence qu'a eue Mourinho pour faire confiance au prodige débarquant de Brême.

En sélection leur évolution est plus réctiligne

Cet échec à Chelsea, KDB a d'ailleurs mis un peu de temps à le digérer. Malgré le retour en Bundesliga en janvier 2014 ce n'est qu'à partir de la saison qui a suivi qu'il a commencé à retrouver toutes ses sensations et ses efficiences aux avant-postes. Dans le même temps, Hazard prenait un peu plus de galon avec la formation londonienne. Et c'est, avec le recul et si l'on excepte l'époque où le premier nommé évoluait encore à Genk (2008-2012), la seule fois où les deux joueurs se montraient à la hauteur des attentes simultanément.

En sélection belge, le tableau n'est pas le même. Même si leurs débuts internationaux datent d'il y a respectivement six et huit ans, De Bruyne et Hazard n'ont été alignés régulièrement chez les Diables Rouges qu'à partir de 2013. Et leurs courbes de performances sont assez semblables; plutôt discrets durant le Mondial 2014, ils ont pris du poids dans cette sélection à l'occasion des éliminatoires de l'Euro pour devenir progressivement intouchables aux yeux de Wilmots. 

Ce dernier, ainsi que tout le peuple belge, espère désormais que sa paire vedette lui donnera aussi satisfaction à l'occasion du tournoi final, prévu en France cet été. D'ici là, les deux joueurs vont peut-être continuer à briller à tour de rôle avec leurs clubs respectifs. Alors que se profile ce dimanche le duel entre Chelsea et Manchester City en 8es de finale de la FA Cup, la logique veut que ça soit Hazard qui retrouve le devant de la scène lors des échéances immédiates vu que son compatriote est encore bloqué à l'infirmerie pour une poignée de semaines.