News Résultats en direct
Espagne

EXCLU Goal : Mbappé, sa saison, l'Espagne... Pablo Sarabia se confie

12:20 UTC+2 04/06/2021
Pablo Sarabia Selección Española España
Le joueur du PSG revient sur sa saison, couronnée par sa convocation pour l'Euro, et évoque Luis Enrique, Tuchel ou encore Mbappé.

Pablo Sarabia García est un footballeur différent. Furtif et létal sur le terrain et poli et analytique à l'extérieur, il s'est confié à Goal avant le premier match amical, contre le Portugal, de l'Espagne en route vers l'Euro. Après deux saisons à tenter de gagner sa place dans la constellation de stars du PSG, il a reçu en mai sa récompense avec une convocation pour son premier grand tournoi avec l'Espagne. La nouvelle l'a surpris puisqu'il était en train de prendre sa serviette et de mettre ses tongs, mais maintenant qu'il s'est glissé dans la liste des 24, il cherche à se concentrer et Luis Enrique semble très disposé à lui donner sa chance. "Personne ne me surprend, mais je le vois surtout motivé. C'est peut-être la note la plus positive de ces jours", a déclaré son entraîneur hier lors d'une conférence de presse.

Comment avez-vous su que vous aviez été convoqué ?

Bon, je ne m'y attendais pas, ça m'a surpris, j'étais en train de monter dans la voiture avec ma copine et nous nous sommes regardés avec un visage stupéfait… Nous savons que c'est une très belle opportunité et le rêve de tout joueur. J'ai passé beaucoup de temps avec mes mains sur la tête à cause de tout ce que cela représente pour moi dans le football et parce que mon père aurait adoré me voir à un championnat d'Europe.

Était-ce à la radio ou quelqu'un vous-a-t-il appelé ?

J'étais à la radio et un ami m'a aussi appelé, qui m'a félicité dès que le nom est sorti.

Vous aviez des projets cet été, non ?

Oui, j'allais aller dans le sud de l'Espagne puis au Mexique avec ma famille et mes amis. C'est une joie d'annuler des plans comme celui-ci. Quoi de mieux que de procéder ainsi.

Vous avez été appelé lors des trois derniers rassemblements en 2019, avec trois matchs et un but. A-t-on retrouvé une Espagne très changée, sans même le même entraîneur ?

Non. L'équipe nationale suit toujours un style spécifique d'entraînement et de jeu. De plus, l'entraîneur et le reste des assistants forment une bulle très familière, ce qui, je pense, est très important pour que toutes les pièces s'emboîtent.

"Luis Enrique m'a semblé très proche. Il aime la pression"

Vous avez été entraîné par Machín, Berizzo, Luis García, Mourinho ou Tuchel. Comment est Luis Enrique et que vous demande-t-il ?

Cela me semblait très proche des autres, avec quelques idées de jeux spécifiques. Il aime le pressing, ce qui est important lorsqu'il s'agit de récupérer le ballon car nous voulons être protagonistes avec. Cela m'a fait une très bonne impression.

Vous ne faites jamais de bruit, mais il y a ses données : cette saison, vous avez été le cinquième meilleur buteur et le huitième meilleur passeur du PSG alors que vous n'êtes pas dans le top 11 en terme de temps de jeu. Saviez-vous que Luis Enrique vous appréciait et vous avait inclus dans les deux dernières pré-listes ?

Non, mais j'essaie toujours d'avoir de bonnes statistiques parce que je joue haut et que la performance est essentielle. Cette année a été un peu difficile à cause du coronavirus, ce qui m'a rendu difficile le démarrage car je ne me sentais pas très bien et c'était comme si je n'avais pas récupéré à 100%. Ensuite, j'ai eu trois blessures qui m'ont empêché d'accélérer le rythme et ainsi de suite, mais quand j'ai joué, j'ai eu un bon rendement. Le coach me voyait depuis longtemps et j'étais ravi.

Tuchel vous a beaucoup fait confiance et vous le lui avez rendu étant le quatrième meilleur buteur et passeur de l'équipe. Vous l'avez félicité pour la Ligue des champions ?

Je suis vraiment content que tu l'aies gagné. Il travaille très bien et a les idées très claires. Il a fait un très bon travail.

"Bien sûr, nous sommes venus pour gagner. Nous devons avoir une mentalité de gagnant."

Son Chelsea est différent de l'équipe nationale d'Espagne. Le tiki-taka est-il devenu démodé ?

Ce sont deux styles différents. Le tiki-taka n'est pas démodé. Simplement, Tuchel s'est adapté aux joueurs qu'il a, avec un groupe jeune, fort, avec du rythme, avec de l'expérience derrière. Il a réussi à assembler toutes les pièces.

En 2013, avec Morata ou Koke, vous avez remporté l'Euro des moins de 21 ans. Vous voyez-vous répéter ça cet été ou êtes-vous un cran en dessous de la France ou de l'Angleterre ?

Bien sûr, nous venons pour gagner. La mentalité doit être une mentalité de gagnant, pour gagner chaque match. Le plus important est le premier, il faut commencer par là et ne pas penser au-delà. Puis le second ; puis le troisième... Nous avons une équipe avec beaucoup d'envie, avec beaucoup d'enthousiasme, des très jeunes qui veulent manifester et qui ont très faim de gagner. Ça c'est ce qui est important.

Cette question vous agacera, mais que vous dit Mbappé sur son avenir ?

Il ne nous dit rien. Maintenant, il se concentre sur l'Euro, comme nous tous qui avons un tournoi cet été. Ce qui se passe, seul lui et le club le savent.