News Résultats en direct
Ligue 1

Le match reporté Bastia-OL reporté suite à une série d'incidents à Furiani

19:03 UTC+2 16/04/2017
Anthony Lopes Bastia Lyon Ligue 1 16042017
Après celles d'avant-match, de nouvelles altercations ont éclaté à Furiani à la mi-temps du duel entre Bastia et l'OL. Le match a été reporté.

Le match entre Bastia et l'Olympique Lyonnais a connu une tournure bien regrettable ce dimanche. Retardé de 50 minutes au début en raison des agressions dont ont été victimes les joueurs de l'OL, il a encore été perturbé à la mi-temps après une nouvelle altercation générale qui a fait suite à un accrochage entre Anthony Lopes et le chef de la sécurité du stade. Quelques minutes après, la décision a été prise d'annuler la rencontre.

Incidents à Armand Césari avant Bastia-OL, les Lyonnais agressés à l'échauffement

Alors qu'il se dirigeait vers le vestiaire, le portier portugais a vu le responsable de la sécurité l'approcher. Les deux hommes ont échangé quelques mots avant d'en venir vite aux mains. La scène a ravivé la tension qui s'était pourtant estompée avec le début des débats (sportifs) sur le terrain. D'autres joueurs de l'OL, des membres des différents staffs et aussi des stadiers ont été impliqués dans cette bagarre générale.

Après cet énième dérapage, les délégués du match et les présidents lyonnais et bastias se sont réunis pour décider de l'annulation du match. Mais non sans en avoir débattu auparavant. Il était stipulé juste avant le début de la partie que tout incident nouveau conduirait les organisateurs à stopper automatiquement la rencontre. Malgré ça, un doute subsistait quant à la suite à donner en raison de la crainte des autorités locales de voir des débordements encore plus graves éclater en cas de choix allant à l'encontre du souhait des supporters. 

Genésio et ses joueurs ne voulaient pas revenir sur le terrain

Les joueurs de l'OL n'étaient déjà guère chauds pour entamer le match après s'être fait attaquer. "On ne va pas à la guerre. Il faut arrêter" , a notamment lancé Bruno Genésio à son président Jean-Michel Aulas. Une demande que ce dernier a ignoré. Il est même allé convaincre ses protégés qu'il fallait revenir sur le terrain. Un choix qu'il a dû amèrement regretter une heure plus tard. L'homme fort de l'OL a ensuite été exfiltré difficilement en dehors du stade. Ses ouailles n'ont pas eu la même chance. Alors qu'ils ont pris place dans le bus pour rejoindre l'aéroport, ils se sont vus signifier qu'ils devaient retourner dans le vestiaire car leur sécurité n'était pas (encore) garantie en dehors de l'enceinte. Finalement, après plusieurs minutes d'atteinte, ils ont pu quitter l'enceinte corse. 

Pour rappel, la rencontre aller entre Bastia et l'OL s'était déjà déroulée dans des conditions très compliquées. François Ciccolini, l'ex-coach du Sporting, avait même mis de l'huile sur le feu en déclarant que les Lyonnais pouvaient s'attendre à un accueil "chaud" au match retour. Des déclarations émises à chaud et sous le coup de la colère mais que les supporters bastiais ont manifestément pris au pied de la lettre. Au grand dam de ceux qui oeuvrent pour le bien du club corse. A noter que la LFP n'a pas tardé à réagir à ces tristes évènements. Dans un communiqué publié, elle a appellé les responsables du Sporting à prendre les mesures nécessaires pour que les fauteurs de troubles n'aient plus accès au stade. Des sanctions sportives et administratives devraient également suivre.