Course contre la montre pour le recrutement d'un numéro 6 au PSG

Commentaires()
Getty Images
Le recrutement d'un numéro six au PSG était urgent. Avec la blessure de Verratti il est devenu vital désormais. La course contre la montre a commencé.

Avant même le début de la rencontre face à Guingamp Thomas Tuchel était nerveux. A 11 jours de la fin du mercato d’hiver, le PSG n’a toujours pas signé de numéro 6. Même s’il a confiance en ses dirigeants, il ne cachait pas son impatience, à trois semaines de l’échéance européenne, à Manchester. La situation compliquée entre le club et Rabiot, avec sa mise à l’écart de l’équipe première (il s’est entrainé avec la réserve cette semaine) ainsi que celle de Lassana Diarra qui doit, de façon imminente, résilier son contrat handicape le milieu du Paris Saint-Germain, qui perd là deux sentinelles. Jusqu’à la 19è minute de ce PSG-Guingamp au Parc des Princes, tout reposait sur les épaules de Marco Verratti, seul vrai numéro six de formation.

L’ancien coach de Dortmund a vécu le pire scénario possible. L’Italien, blessé à la cheville, a dû quitter les terrains et a rejoint l’hôpital à la mi-temps afin de passer des examens complémentaires. L’Allemand n’était pas très rassurant à l’issue de la rencontre, en conférence de presse : “Une blessure de Marco change tout. Je pense que c'est sérieux. C'est dur. C'est possible qu'il manque quelques semaines. On doit attendre un peu”. Déjà inquiet sur le banc, il ne cache plus son pessimisme. Alors qu’un recrutement était déjà urgent, il devient alarmant. Les avancées sur les dossiers Weigl, dont le club répète à tue-tête que son joueur ne partira pas cet hiver, et sur De Jong dont le transfert pourrait se faire plutôt cet été ne donnent pas satisfaction pour combler le manque dans ce milieu de terrain. Seul le dossier Paredes semble en bonne voie, même si d’autres clubs comme Chelsea sont aussi dans le viseur.

L'article continue ci-dessous

Marco Verratti, PSG

La solution de bricolage : Dani Alves au milieu 

En attendant, Thomas Tuchel tente de trouver des solutions à court terme. Le repositionnement de Dani Alves a porté ses fruits selon le coach : “Dani Alves a été exceptionnel avec sa mentalité, son énergie, sa capacité à jouer court, vite, à faire des passes décisives. C'est un joueur qui peut nous aider dans cette position car il a la mentalité et le courage pour le faire”. En effet, le Brésilien a offert un splendide caviar à son compatriote Neymar qui a ouvert le score pour les siens (1-0, 11è). L’ancien joueur du Barça n’a pas chômé : il est le Parisien qui a touché le plus de ballons (144), celui qui a fait le plus de passes (131 dont 107 dans le camp adverse), à l’image de ses quatre dernières passes. Défensivement il n’a pas été en reste également puisqu’il a récupéré 13 ballons, le meilleur total sur le terrain, 5 de plus que Thiago Silva, et a aussi signé le plus grand nombre de tacles côté parisien. Seul hic, il s’est souvent fait dépasser lors des duels.  

Mais la blessure de Verratti, combinée à l’indisponibilité temporaire de Kimpembe (le Français est blessé à l’adducteur et revient doucement même s’il n’est pas capable de tirer encore, seulement de courir) amenuise le nombre de solutions au milieu : “On a plusieurs possibilités : Verratti avec Marquinhos, Dani (Alves) avec Verratti, Dani avec Julian Draxler, ou Dani avec Marquinhos. Mais sans Marco, et avec Kimpembe blessé (ce qui oblige Marquinhos à jouer en défense), il ne reste qu'un choix”. Aux dirigeants de Paris de donner plus de choix à son coach, qui a rappelé il n’y a pas si longtemps qu’avec un seul 6 de formation, Verratti, il se voyait mal gagner les matches de février ou mars. Que dire avec aucune sentinelle de disponible ?

Fermer