News Résultats en direct
Coupe du monde féminine

Bleues - Corinne Diacre : "On va affronter la meilleure équipe du monde"

15:14 UTC+2 27/06/2019
France Women
Avant le quart de finale tant attendu face aux États-Unis (vendredi, 21h), la sélectionneure des Bleues a insisté sur la détermination de son équipe.

Dans quel état d’esprit êtes-vous avant ce grand rendez-vous ?

Le match attendu ça y est, on y est. Ça n’a pas été simple non plus pour les États-Unis en 8e de finale. On a toujours le même état d’esprit, on a préparé ce match comme les autres. On s’est bien reposées, on a bien travaillé et maintenant place au jeu en prenant en compte la température qu’il fera.

Qu’avez-vous travaillé en séance vidéo par rapport à cette équipe américaine ?

Vous savez, les américaines ça fait plus de six mois qu’on les observe, depuis le tirage au sort comme les autres nations; l’Espagne a très bien joué mais ce n’est pas un hasard, quand on voit le nombre d’équipes européennes encore qualifiées. On a relevé des choses, pas seulement sur ce match.


"L’excitation peut etre dangereuse si elle n’est pas maîtrisée."


Ressentez-vous un peu plus d’excitation avant ce quart de finale à guichets fermés au Parc des Princes ?

Au regret de vous décevoir une nouvelle fois, il n’y a pas plus d’excitation que face au Brésil, par contre il y a de la sérénité. L’excitation peut être dangereuse si elle n’est pas maîtrisée. Elle peut faire perdre de l’énergie. On se préserve, on se repose du mieux possible, il faut s’accorder des temps de repos. On reste concentrées sur l’objectif.

Et pour ce qui est de la motivation ?

Quand vous jouez les États-Unis, on n'a pas besoin de travailler la motivation, les filles sont au taquet. Si demain il y a bien un levier sur lequel je ne vais pas intervenir, c’est celui-ci. Demain, je vais être tranquille.

Allez-vous affronter la meilleure équipe du monde ?

Oui, c’est une équipe qui est hyper titrée, elle est première au classement mondiale donc pour moi oui.

À quel point la chaleur peut jouer un impact ce vendredi ?

La chaleur sera pour les deux équipes, il faut s’y acclimater et ne pas rester enfermées tout le temps. On s’hydrate beaucoup durant les entraînements, il ne faut pas mettre trop la climatisation. On s’adapte.

La pression sera-t-elle sur votre équipe face aux tenantes du titre ?

Il ne faut surtout pas que l’enjeu dépasse le jeu, on a ces défaites en quart de finale qui nous suivent depuis un moment mais maintenant, on doit s’attendre sur le match. On sait que depuis le début, on n’est pas parfaites. Sera-t-on proche de la perfection demain ? On a travaillé pour ça. Après un match reste un match, le dire c’est bien, le faire c’est mieux.


"Quand on joue les États-Unis, on n’a pas de pression."


Physiquement, vous disiez que certaines de vos joueuses n’étaient pas à 100%. Est-ce toujours le cas ?

J’ai beaucoup de joueuses qui ont eu une saison très longue, très intense, elles ont eu des soucis musculaires qui a retardé leur préparation, demain ce sera mieux. Les filles ont bien récupéré. Quand on joue les États-Unis, on n’a pas de pression. Au contraire, c’est de la motivation, on va affronter la meilleure équipe du monde.

Comment évaluez-vous les performances de Wendie Renard depuis le début du tournoi. Est-elle toujours perturbée par la perte de son statut de capitaine ?

La question du capitanat a été balayé il y a fort longtemps. Wendie aujourd’hui fail partie du groupe, on n’a toujours pas été d’accord sur tout maintenant elle est complètement concentrée sur le jeu et l’équipe. Wendie est là, elle fait ses matches. Elle a eu de la malchance avec ce but contre-son-camp mais c’est une compétitrice, elle ne va pas s’arrêter là.

Propos recueillis par Adrien Mathieu