Barça : le clan Koeman charge Laporta et son "hypocrisie"

Dernière mise à jour
(C)Getty Images

Une fessée contre le Bayern Munich en ne montrant rien dans le jeu et il n’en fallait pas plus pour voir le sort de Ronald Koeman être remis sur la place publique à Barcelone. Après seulement un mois de reprise, l’entraîneur du Barça est de nouveau sur la sellette et aurait d’ailleurs reçu un ultimatum de ses dirigeants pour redresser la barre.

Dans un été des plus compliqués en Catalogne avec le départ de l’enfant prodige Lionel Messi, les baisses de salaires de certains joueurs pour faciliter l’arrivée de recrues libres comme Memphis ou Sergio Agüero, Koeman a lui dû composer avec l’incertitude entourant son avenir. 

Revenu à la présidence du Barça il y a quelques mois, Joan Laporta n’a pas caché que voir Xavi sur le banc catalan était un de ses objectifs, de quoi mettre en péril l’avenir du coach néerlandais après seulement une saison. Un comportement qui n’a pas plu au clan Koeman.

"Laporta a dit qu'il avait besoin de deux ou trois semaines pour trouver un nouveau candidat, a déclaré l'agent de Koeman, Rob Jansen, dans le documentaire 'Força Koeman'. Et s'il ne pouvait pas en trouver un, alors Ronald pourrait continuer sur le banc."

L'article continue ci-dessous

"C'était une décision folle, basée sur rien. Basée uniquement sur des sentiments. Je n'ai plus parlé à Laporta après. Mais heureusement, les gens autour de lui ont aidé Koeman à rester. Alors, le président s'est affiché devant les médias en disant qu'ils continueraient ensemble, qu'ils étaient amis. C'est l'hypocrisie du sport de haut niveau."

L’amitié prônée par Laporta est donc fragile et ne résistera très certainement pas à une vague de mauvais résultats. Ayant quitter son poste de sélectionneur des Pays-Bas pour réaliser son rêve d’entraîner le Barça, avec qui il a gagné la Ligue des Champions, Ronald Koeman vit depuis plus d’un an un cauchemar éveillé, au point d’avoir été prêt à lâcher son poste durant l’été face au scepticisme de son président.

"Le président est le président. Il est là pour prendre des décisions. Je lui ai dit de me dire si je n'étais pas assez bon à ses yeux pour entraîner l'équipe, que nous mettions fin à cette histoire", a avoué le Néerlandais dans ce même documentaire.