Monaco-Leipzig (1-4) - L'élimination, Le naufrage de Jemerson et les 3 choses à retenir de la déroute monégasque

PartagerFermer Commentaires
Complètement passé à coté de son sujet face à Leipzig (4-1), Monaco est assuré de terminer dernier de son groupe. Sa saison européenne est terminée.

Malgré le nul de Porto à Istanbul (1-1) qui avait permis à Monaco de rêver encore à la qualification au coup d'envoi, il n'y avait rien d'un grand match, mardi soir en Principauté. Le kop des 800 supporters allemands, plus massif et bruyant que les tribunes parsemées du Stade Louis II, pouvait déjà laisser présager de la terrible déconvenue qu'allait vivre le champion de France. Et les malheurs monégasques n'ont pas mis bien longtemps à s'enchaîner. Un but contre son camp de Jemerson sur un centre pourtant anodin (1-0, 6e), une perte de balle du Brésilien plein axe pour le break de Werner trois minutes plus tard (2-0, 9e) puis un penalty transformé par le même attaquant en première période (3-0, 31e) pour plier l'affaire en une demi-heure. Tout se sera finalement passé en première période puisque la réduction du score de Falcao, auteur d'une tête sur coup-franc (3-1, 43e) n'aura précédé que de deux minutes le quatrième et dernier but de la rencontre pour Leipzig, inscrit par Nabi Keita (4-1, 45e). 

Les statistiques de la rencontre 

Un joueur dans le match : Jemerson, le naufrage en 3 minutes

De compliquée, la première partie de saison de Jemerson est peut-être passée à catastrophique. En l'espace de trois minutes, le défenseur brésilien a sombré en entraînant toute son équipe dans sa chute. Sur un centre à ras de terre anodin de Sabitzer, l'ancien de l'Atlético Mineiro s'est d'abord emmêlé les crampons pour rater son dégagement et finalement dévier le ballon dans les buts de Subasic. Le début de match n'était pas encore totalement plombé mais le moral de Jemerson, lui, était un peu trop entamé pour que sa concentration ne soit pas altérée. Trois minutes après son CSC, le Brésilien a lâché une passe molle plein axe qui a permis à Kampl de servir Werner, adroit devant Subasic pour réaliser le break. Dépassé dans les airs, trop lourd dans ses courses et battu dans presque tous les duels, Jemerson n'est pas le seul responsable de la débâcle monégasque mais il en est à coup sûr le plus fort symbole.

Ce que vous n'avez peut-être pas vu : la faillite tactique 

Le cauchemard de Monaco est avant tout une faillite collective. Peu inspirés, les offensifs n'ont jamais pu donner d'air à une défense aux abois et un milieu de terrain complètement assomé dans l'impact physique. Tactiquement, le bloc équipe de Leonardo Jardim n'a jamais su redresser la barre et s'est heurté trop violemment à une équipe de Leipzig solidement regroupée, bien organisée et quasiment létale en contre. Après les 45 premières minutes apocalyptiques de l'ASM, le positionnement moyen des deux équipes disait presque tout des erreurs monumentales commises à ce niveau. 

ASMLEI

L'article continue ci-dessous

La statistique à retenir : Zéro pointé, une première pour l'ASM

Monaco n’a remporté aucun de ses 5 premiers matches d’une campagne de Ligue des champions (2 nuls, 3 défaites) pour la première fois de son histoire. D’ailleurs, le club de la Principauté reste sur 7 matches sans victoire dans la compétition (2 nuls, 5 défaites), n’inscrivant que 5 buts.

Julien Quelen, au stade Louis II. 

 

Prochain article:
Arsenal, Wenger : "Özil ? Je crois qu'il veut rester"
Prochain article:
Barcelone - Direction la Chine pour Javier Mascherano ?
Prochain article:
PSG - Unai Emery : "Nous voulons une sentinelle cet hiver"
Prochain article:
PSG, la MCN a encore brillé face à Rennes
Prochain article:
L'Egyptien Ahmed Hegazy définitivement transféré à WBA
Fermer