PSG : qui est Metehan Güclü, buteur pour son premier match en pro ?

Commentaires()
Metehan Guclu
Getty Images
Lors de Nantes-PSG, un jeune novice s'est illustré en marquant sur sa 1e frappe en pro : Metehan Güclü. Présentation de ce prometteur Titi.

Mercredi soir, lors du match en retard de championnat contre le FC Nantes, le PSG est passé à côté de son sujet et s'est incliné logiquement 3 buts à 2. Une piètre copie et qui a notamment fait sortir Thomas Tuchel de ses gonds. À l'issue de cette rencontre, il n'y avait pas beaucoup de satisfactions à tirer. À l'exception d'une et elle s'appelle Metehan Güclü.

Totalement méconnu du grand public avant ce match, pour la simple raison qu'il n'avait encore jamais évolué avec l'équipe première, cet attaquant d'origine turque s'est fait remarquer en signant la réduction du score parisienne en fin de match. Ce n'était qu'un but de consolation pour sa formation, mais pour lui c'était à la fois un aboutissement de ce qu'il a accompli chez les jeunes et le point de départ idéal d'une carrière en pro qu'il espère radieuse.


QUI EST-IL ?  


Metehan Güclü est né le 2 avril du côté de Montfermeil. Il est Français mais a aussi la nationalité turque. Ses parents sont turcs. Le père est originaire de la ville kurde d'Adiyaman, tandis que la mère vient de Kahramanmaraş. Guclu a un point commun avec la star de son équipe, Kylian Mbappé. Tous les deux ont passé une partie de leur enfance à Bondy. C'est là qu'il a d'ailleurs été reperé par les scouts du club francilien. Il a par ailleurs un grand frère (29 ans) qui se nomme Ayhan. C'était un modeste footballeur dans les divisions inférieures en France et en Belgique, et il a joué pour les sélections de jeunes en Turquie. Metehan a aussi un petit frère, qui s'appelle Mehmethan, et qui commence à suivre le même chemin que lui. Enfin, il est utile de préciser que Metehan est titulaire d'un Bac S. Il a suivi des cours de langues approfondies, mais a mis depuis les études provisoirement de côté.


QUEL EST SON PARCOURS ?


Doué et séduisant balle au pied dès son plus jeune âge, il avait pris sa première licence à l'AS Bondy à l'âge de 9 ans. Il y resté pendant une durée de trois ans avant de taper dans l'oeil des recruteurs parisiens. C'était en 2012 et depuis il a gravi tous les échelons au sein des équipes de jeunes. En 2017, il avait été notamment été surclassé et a pu disputer la Youth League (la Ligue des Champions des jeunes) où il a marqué 3 buts dès sa première campagne. C'est à ce moment-là que la fédération turque l'a approché pour qu'il joue avec les sélections des U18 et U19 et il a sauté sur l'occasion. Durant la même période, Unai Emery lui a aussi ouvert la porte du monde pro en lui permettant d'effectuer quelques séances avec l'équipe première. En tant qu'attaquant, il a alors pu s'inspirer au quotidien des buteurs tels qu'Edinson Cavani, qui est son grand modèle dans le monde du football au même titre que Robert Lewandowski et Sergio Aguero. Güclü a donc cotoyé les pros très jeune, mais il a dû prendre son mal en patience avant de pouvoir évoluer à leurs côtés lors d'un match officiel. Avant le rendez-vous de mercredi contre Nantes, il n'avait en effet jamais été retenu dans le groupe. Son mérite cependant est d'avoir continué à progresser et au sein du club il fait partie des jeunes sur lesquels on compte, au même titre que certains autres Titis comme Arthur Zagre.


SES DÉBUTS EN PRO  


C'est donc ce mercredi que Güclü a effectué son grand baptême de feu au plus haut niveau. Jusque-là, il n'avait disputé aucune minute dans aucune des compétitions nationales. Sans la pénurie des blessés qui a frappé l'équipe première du PSG avant ce déplacement à La Beaujoire, on peut penser que Thomas Tuchel n'aurait pas fait appel à ses services. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, le jeune turc a donc su profiter de l'opportunité qui lui a été accordée. C'est tout à son honneur, surtout que le contexte était loin d'être idéal avec un scénario qui était défavorable à son équipe. "Oui, c'est vrai que ce n'est jamais facile de faire sa première, surtout à l'extérieur. Dans un match où on est mené 3-1. Je suis très content d'avoir marqué mon premier but, même si j'aurais aimé qu'à la clé il y ait la victoire", a-t-il confié au micro de PSG TV à la fin du match.

Rentré à la 74e minute à la place de Layvin Kurzawa, il a inscrit un but après seulement 15 minutes de jeu. Une frappe croisée à ras de terre à la suite d'une passe de Dagba. Un geste simple, limpide , efficace... presque impressionnant de la part de quelqu'un qui n'avait encore jamais évolué dans l'élite. 

Lorsqu'il a eu à commenter cette réalisation, Güclu a fait part de son immense bonheur, mais il a aussi exprimé son amertume par rapport au fait que son équipe ait été tenue en échec : "C'est clair que cela va rester dans ma mémoire car c'est mon premier but en professionnel et dès mon premier match. Je fais un appel en profondeur. On ne me la met pas. Ensuite, le ballon va vers Colin. Je lui crie "en retrait", et par bonheur il me la met, et je réussis à la mettre au fond du pied droit".

Güclü a marqué pour ses débuts en Ligue 1. Et dans l'histoire du PSG, ils ne sont que deux à l'avoir fait auparavant. C'est le cas de Hervé Porquet en 1977 - il avait même été plus rapide en scorant après dix minutes passées sur le terrain-, et aussi de Dominique Barbérat en 1976. Deux autres Parisiens ont également fait mouche dès leur premier match en championnat mais c'était en D2, en l'occurrence Bernard Béreau (1971) et Antoine Dossevi (1975).


SA SITUATION CONTRACTUELLE  


Güclü a signé son premier contrat professionnel en février dernier. Au côté de Maxwell, il avait pu apposer sa signature et finaliser le deal qui devrait normalement le voir rester en club jusqu'en 2022.

Metehan Guclu

L'article continue ci-dessous

Même si l'avenir peut sembler bouché au sein de son club formateur, il ne se dessine pour le moment pas ailleurs. Parmi les rumeurs existantes, ise murmure que Manchester City le suivrait de très près. Il y a quelques mois, et alors qu'il était encore sous contrat stagiaire, des géants turcs comme le Besiktas ou le Fenerbahçe sont aussi venus aux renseignements selon le média Takvim.


SON AVENIR INTERNATIONAL  


Güclü a défendu les couleurs de son pays d'origine dans de différentes catégories d'âge. Ses dernières apparitions avec la Turquie se sont produites avec les moins de 19 ans. Il y a joué à sept reprises et a marqué un but. S'il continue sur sa lancée et confirme tout le bien qu'on pense de lui, il devrait rapidement intégrer la sélection des Espoirs.

N'ayant pas encore joué pour les A, le jeune parisien peut encore choisir la France pour la suite de son parcours international. Mais, à la lecture des déclarations qu'il a tenues récemment dans un entretien au site de la Fédération turque, il y a peu de chances qu'il change de nationalité sportive. "Je suis très fier de porter le maillot de l'équipe nationale. En Turquie, la ferveur est différente, et la motivation n'est pas la même selon qu'on évolue en club et en sélection. C'est le cœur qui est concerné. Quand on se retrouve en sélection, il y a d'autres jeunes turcs qui sont éparpillés un peu partout en Europe. Mais tous se donnent à fond pour le maillot national. Car il y a beaucoup d'émotion et de sentiments qui se dégagent. Nous nous retrouvons avec beaucoup de joie", avait-il déclaré.

Fermer