Rennes : Eduardo Camavinga a déjà tout d'un crack

Commentaires()
Eduardo Camavinga NxGn
Goal
Avec Eduardo Camavinga (16 ans), le Stade Rennais compte dans ses rangs un phénomène de précocité dont on n'a sûrement pas fini d'entendre parler.

Et si c'était le nouveau Ousmane Dembélé du Stade Rennais ? Eduardo Camavinga, qui fêtera ses 17 ans le 10 novembre, se pose en phénomène de précocité. Un joueur rare qui malgré son jeune âge s'est imposé dans la rotation de Julien Stéphan au milieu de terrain.

Ses débuts explosifs en professionnel ont poussé ses dirigeants à le prolonger jusqu'en 2022 trois mois seulement après sa première titularisation en Ligue 1 contre Monaco (2-2) . Une évidence, comme pour Dembélé, commentée récemment par Julien Stéphan, son entraîneur : "Ousmane, c’était une évidence qu’il allait exploser au plus haut niveau. Eduardo, c’est la même logique. À 15 ans et demi, il s’était imposé comme un titulaire en réserve. Il s’est vite adapté au monde professionnel. Mais l’éclosion d’Eduardo n’est pas liée aux derniers matches. Dans mon esprit, Eduardo a déjà éclos depuis plusieurs mois."

En avance sur sa génération

Cette saison, Julien Stéphan l'a titularisé lors des quatre premiers matches officiels de son équipe (Montpellier, Paris [x2], Strasbourg). Et depuis sa masterclass contre le PSG (victoire 2-1), le 18 août dernier , on ne parle que de lui.

"Il est bluffant. Je connaissais ses qualités, mais je ne pensais pas que ça irait aussi vite et qu'il aurait cette trajectoire exceptionnelle. Son entourage familial fait très attention. Son agent le préserve beaucoup, le club aussi. Ils sont tous sur la même longueur d'ondes et c'est très positif pour Eduardo", explique pour Goal Nicolas Martinais, son coach à l'AGL Fougères, qui a fait du 'petit Camavinga' le parain de son nouveau club, le CF2L Foot, près de Rennes.

Eduardo Camavinga PS NxGn

Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Parmi les jeunes joueurs nés en 2002, Eduardo Camavinga est le seul dans les cinq grands championnats européens à avoir déjà disputé 11 matches en équipe première. Mieux encore, ses prestations ont à chaque fois marqué les esprits.

Depuis le début de la saison, il n'a manqué que 7 passes sur 120 tentatives, n'en ratant que deux lors de ses premières sorties, à Montpellier puis contre Paris. Il n'en fallait pas plus pour être comparé à Yann M'Vila, ex-grand espoir du club.

"Yann avait un jeu long plus pur que celui d'Eduardo, observe toutefois Landry Chauvin, l'ancien directeur du centre de formation rennais. Par contre, Eduardo peut davantage se projeter. On a beaucoup travaillé là-dessus. Pour moi, il est capable de marquer 6 à 8 buts par saison, et ça ne va pas tarder. Mais ce qui va lui permettre d'avancer, c'est surtout sa personnalité. Quand tu le croises dans la rue, il est discret. Il est au naturel dans la vie comme sur le terrain et ce sera sa grande force."

"Il respecte autant la femme de ménage que son entraîneur"

Sa gueule d'ange et son large sourire en disent long sur son état d'esprit en ce moment. "On le sent très épanoui au quotidien, mais ça fait plus de six mois qu’il s’entraîne avec les professionnels. C’est une suite logique pour tout le monde", justifie à son tour Julien Stéphan.

Dans le vestiaire, Eduardo Camavinga a su se faire accepter très vite par ses partenaires. Le groupe l'a pris sous son aile. Et plus qu'une mascotte, il est devenu le petit protégé de l'équipe. "C'est un mec respectueux, toujours, qui respecte autant la femme de ménage du centre de formation que l'entraîneur de l'équipe première. Il a la tête sur les épaules et ne changera pas parce que c'est dans ses gênes", précise Landry Chauvin.

Eduardo Camavinga Rennes

Sa famille a connu des histoires rocambolesques et même s'il n'en parle pas, Eduardo Camavinga sait qu'il peut être le garant de la réussite familiale. Ce que confirme Nicolas Martinais : "Eduardo sait d'où il vient et par quelles galères lui et sa famille sont passés."

L'article continue ci-dessous

Bientôt français... et international ?

En 2013 notamment, la maison familiale en construction, est partie en fumée. Un drame qui a marqué toute une famille : "Ils ont tout perdu du jour au lendemain. Eduardo et sa famille étaient en pleurs, ils n'étaient logés que dans une pièce. Je me souviens de son papa, qui va voir son fils et lui dit : 'Eduardo, c'est toi qui relèvera la famille dans ces moments tragiques." Une histoire forte qui continue de s'écrire aujourd'hui. Car ce n'est que le début de l'aventure pour Camavinga.

Né en Angola, et arrivé en France à l'âge de 1 an, Eduardo Camavinga a lancé des démarches avec ses proches pour obtenir la nationalité française. Son entourage espérait une issue positive avant le début de la saison mais la situation ne s'est pas encore décantée. Ses récentes prestations permettront peut-être d'accélérer le mouvement alors que se profile pour lui une année riche, entre le football et les épreuves du baccalauréat.

La vie d'un jeune surdoué, suivi par les plus grands clubs européens (Arsenal, Paris...), dont les journées sont encore rythmées par ses nuits au centre de formation. Le nid douillet d'un crack annoncé, pour qui le rêve est devenu réalité et qui continue sa route en version accélérée.

Fermer