OL- Dijon, des banderoles injurieuses au Groupama Stadium

Commentaires()
Getty
Les supporters de l'Olympique Lyonnais ont exprimé leur mécontentement, ce samedi avant et pendant le match contre Dijon.

Décidément, l'Olympique Lyonnais est dans le dur en ce moment et il ne se passe pas un jour sans que la vie du club ne soit perturbée par des péripéties inattendues. Après l'élimination en Coupe de France face à Rennes (2-3), la conférence de presse ubuesque de Jean-Michel Aulas qui s'en est suivie, et aussi la réponse de Bruno Genésio vendredi, ce fut ce samedi au tour des supporters de faire parler d'eux.

En marge du match de championnat contre Dijon, les fans rhodaniens sont venus nombreux au Groupama Stadium (53000 spectateurs). Mais, l'idée n'était pas vraiment de soutenir l'équipe, qui doit encore sauver sa saison en assurant une place sur le podium. Au contraire, ils se sont réunis pour "descendre" les joueurs et appeler une nouvelle fois au départ de Genésio.

L'article continue ci-dessous

Des banderoles ont été affichées dans les travées de l'enceinte de Décines. La plus virulente d'entre elles était visible dans le Virage Sud et fut adressée à Memphis Depay et ses coéquipiers : "Joueurs vous rêvez d'ailleurs ? Allez souiller d'autres couleurs". Il y avait aussi un message encore plus "poétique" de l'autre côté du stade : "Encore un rendez-vous raté ! Allez-vous faire n*****". Connu pour veiller à la bonne atmosphère dans son stade et au comportement respectueux des spectateurs, Aulas a certainement peu gouté à ces insultes et invectives.  

Genésio plutôt épargné

Comme on pouvait s'y attendre, Genésio a aussi eu droit à son lot de messages déplaisants. Toutefois, et c'était presque surprenant, ceux-ci étaient moins offensants que ceux brandis à ses ouailles. "Genésio stop", pouvait-on simplement lire. Le désamour du public envers le coach du crû ne date pas d'hier, et il est certain qu'une troisième saison sans trophée ne va pas faire remonter sa cote de popularité.

En plus des banderoles affichées, il y a aussi eu une grève d'encouragements de la part des supporters. Ceux qui ont pris place dans le Virage Sud plus précisément. De l'autre côté, on a été plus bruyants, mais c'était surtout pour rendre hommage à un dirigeant du centre de formation décédé dernièrement. Pesante au coup d'envoi, l'ambiance est devenue encore plus irrespirable lorsque l'OL s'est retrouvé mené à la marque par la lanterne rouge du championnat (1-2). Et ce, après avoir eu pourtant eu le privilège d'ouvrir le score dès la 35e seconde du jeu par le biais de Martin Terrier.

Fermer