France - Diacre, Bussaglia : "Il y a des torts des deux côtés"

Corinne Diacre France Women's World Cup 2019

Ce n'est plus un secret pour personne, les relations entre Corinne Diacre et certaines cadres de l'équipe de France ne sont pas au beau fixe depuis quelque temps déjà. Récemment, la sélectionneuse des Bleues n'a pas convoqué sa capitaine, Amandine Henry, ce qui a provoqué une réaction en chaîne chez les joueuses de l'OL, ne comprenant pas cette décision. Ce dimanche, cette affaire a pris une toute autre tournure. En effet, Amandine Henry est sortie du silence dans une interview accordée au Canal Football Club critiquant ouvertement Corinne Diacre et regrettant sa gestion du groupe France.

France - Amandine Henry allume Corine Diacre

Dans la foulée, Noël Le Graët a tenté d'éteindre l'incendie dans une interview accordée à L'Equipe, tout en mettant une légère pression à Corinne Diacre, admettant qu'elle ne pouvait pas se mettre à dos "les meilleures joueuses" du pays. Ancienne internationale française ayant évolué sous les ordres de Corinne Diacre chez les Bleues, Élise Bussaglia a été interrogé par L'Equipe dans cette affaire. Elle n'accable pas Corinne Diacre et place ses anciennes coéquipières face à leurs responsabilités.

"Je m'attendais à une réaction. Après la non-sélection d'Amandine au dernier rassemblement, il y a eu pas mal de personnes qui ont parlé, mais pas elle. Je m'attendais à ce qu'elle réagisse à un moment ou à un autre. Je ne sais pas comment le groupe a évolué depuis la Coupe du monde, c'est délicat de porter un jugement ou d'apporter des éléments de réponse sur la résolution du problème. Ce qui est sûr, c'est qu'il y a des malaises, puisque les joueuses les évoquent, mais il y a des choses qui traînent depuis longtemps", a expliqué l'ancienne internationale de 35 ans.

"Le mal est profond quand même"

Amandine Henry LyonGetty

"Par exemple, le fait de retirer le brassard à Wendie Renard dès le départ a été un choix fort et en même temps une épine dans le pied de Corinne Diacre. Mais elle se l'est mis elle-même, puisque c'est elle qui a fait ce choix. Wendie a un caractère fort, beaucoup d'ego, et peut-être que la manière n'a pas été la bonne. Idem quand la coach a critiqué certaines joueuses dans la presse, peut-être qu'elle aurait dû s'abstenir à ce moment-là, car les joueuses peuvent se sentir blessées aussi. Ce sont les torts de Corinne Diacre. Mais du côté des joueuses, il faut aussi réagir en adulte. Si on est blessée, il ne faut pas hésiter à dire à la personne : je ne suis pas d'accord avec toi, tu me fais du mal", a ajouté l'ancienne joueuse de Dijon.

Bleues - Le Graët : "Diacre ? Il faudra bien que ça s'arrange"

Élise Bussaglia estime que cela peut s'arranger, mais il faudra que les deux parties mettent de l'eau dans leur vin : "Il faut penser les blessures, réparer les torts qui ont été faits d'un côté comme de l'autre. Il va falloir de la maturité, du recul, que les gens ne réfléchissent pas individuellement, mettent de côté leur ego, et pensent au bonheur de l'équipe de France et à gagner un titre. Amandine propose de mettre les choses sur la table, ce n'est pas une mauvaise solution. Sans ça, ça sera compliqué, voire impossible. Il y a des torts des deux côtés. Mais ça ne date pas de la Coupe du monde, il y a eu des choses qui ont faites avant, et cela a duré. Amandine parle aujourd'hui, elle aurait très bien pu faire la même interview il y a un an, sauf qu'il  a un an elle n'avait pas été non-sélectionnée. Là, ça l'a piquée directement. Cela peut s'arranger, mais il va falloir faire de gros efforts, car le mal est profond quand même".