EXCLU - "J'ai su récemment que j'étais proche des 100 buts avec le PSG", reconnaît Katoto

Sa parole est rare dans les médias. Mais Marie-Antoinette Katoto, 23e du Goal 50 2020, nous a fait l'amitié de répondre à nos questions avant l'entrée en lice du PSG en Ligue des champions féminine, contre les Polonaises du Gornik Leczna.

Si l'attaquante internationale française (15 sélections, 9 buts) marque ce jeudi, elle atteindra la barre mythique des 100 réalisations pour son club formateur. Elle se rapprochera alors du record détenu par Marie-Laure Delie, buteuse à 134 reprises avec le club parisien. Un objectif personnel dont "MAK" ne fait pas une obession pour autant, elle qui nourrit de grandes ambitions pour cette saison, que ce soit avec le Paris Saint-Germain ou avec l'Equipe de France.

Goal : Vous n'êtes qu'à une réalisation d'atteindre les 100 buts marqués avec le PSG. Qu'est-ce que cela signifie pour vous ?

Marie-Antoinette Katoto : C'est une très belle chose. Marquer 100 buts pour son club, qui plus est pour son club formateur, c'est magnifique. Je ne peux pas rêver mieux que d'atteindre cette barre mythique avec le Paris Saint-Germain.

Marie-Laure Delie est la meilleure buteuse de l'histoire du PSG avec 134 buts. La rejoindre, et même la dépasser, fait-il partie de vos objectifs ?

Ça peut faire partie de mes objectifs. Marie-Laure a été une grande joueuse, une joueuse symbolique du Paris Saint-Germain. J'espère la dépasser, mais je respecte sa carrière et tout ce qu'elle a pu faire pour notre club.

Kylian Mbappé a atteint cette barre des 100 buts le weekend dernier. Est-ce un joueur qui vous inspire ?

C'est un très grand joueur. Je regarde souvent les matches de notre équipe masculine et je suis très contente pour lui. J'ai eu l'occasion de croiser, il est très sympatique. Il a sa carrière devant lui et j'espère qu'il va continuer comme ça.

"J'aime beaucoup 'R9' et Cristiano Ronaldo"

Comment éviter que ce centième but ne devienne une obsession ?

Je dois reconnaître qu'il n'y a pas si longtemps, je ne savais pas que j'étais proche d'atteindre les 100 buts avec le PSG. Je l'ai su récemment. Je n'y ai pas trop pensé, surtout qu'on avait de grosses échéances. L'objectif était d'abord de gagner nos matches et on l'a bien fait jusqu'à présent.

D'où vous vient ce sent du but ?

J'ai commencé défenseure, mais j'ai tout de suite été attirée par le but. C'est pour ça qu'on m'a mis plus haut. J'ai beaucoup travaillé le dernier geste et mes appels, pour savoir à quel moment les faire. J'ai souvent regardé les grands buteurs à la télévision ou sur Internet. J'aime beaucoup "R9", comme j'aime beaucoup Cristiano Ronaldo.

Avez-vous l'ambition de devenir la meilleure attaquante du monde ?

Je n'y pense pas forcément. Je travaille tous les jours pour continuer à progresser. Je pars du principe qu'il faut être patiente, que les buts et les victoires finissent par arriver, et le reste avec. Il est clair que j'ai encore des choses à améliorer et à apprendre.

Marie Antoinette Katoto France

On a parfois dit que vous n'étiez pas décisive dans les grands rendez-vous, mais vous avez prouvé le contraire au Final 8 et récemment contre Lyon. Pensez-vous avoir passé un cap ?

J'espère l'avoir passé, mais il faudra juger sur la durée. Ç'a été très dur de passer ce cap, maintenant il faut de la continuité. C'est le plus difficile.

L'an passé, votre début de saison avait été agité car vous n'étiez pas forcément appelée en Equipe de France par Corinne Diacre. Aujourd'hui, vous jouez et marquez en sélection. Cela vous permet-il de vous libérer davantage ?

Peut-être. C'est toujours bien de marquer et d'aider l'équipe. Le fait de gagner des matches ne peut faire que du bien pour la confiance envers soi et ses coéquipières. Mais ma situation en sélection n'est pas quelque chose qui m'a travaillé plus que cela. Je suis toujours restée focus sur mon travail. J'ai toujours écouté les conseils de mes coaches aussi. Ils sont les premiers à m'aider pour mon évolution.

"Mon absence au Mondial ? C'est du passé. Aujourd'hui, je regarde devant"

Comment vous sentez-vous en Equipe de France ?

Bien. L'équipe de France est un groupe très, très fort, avec les meilleures joueuses de notre pays. J'apprends à chaque entraînement, à chaque match. Je découvre certaines joueuses, il y en a d'autres que je connais déjà sur le terrain et en dehors. Franchement, ça va, ça se passe bien pour moi.

Pensez-vous, comme certaines de vos coéquipières, que ce serait un échec de ne pas décrocher de titre avec cette génération ?

Oui. Ce serait un échec. L'équipe de France fait partie des plus grandes nations du football, que ce soit chez les filles, chez les garçons ou chez les jeunes. On a toujours été favoris, dans chaque compétition. On se doit de gagner quelque chose avec la génération qui arrive.

Votre absence au Mondial est derrière vous ?

C'est du passé. Aujourd'hui, je regarde devant. On avance, je pense que ça ne sert à rien de regarder en arrière.

L'article continue ci-dessous

PS Katoto

En sélection comme en club, vous faites des ravages avec votre binôme Kadidiatou Diani. Pensez-vous être le meilleur duo offensif du championnat de France en ce moment ?

Kadi est l'une des meilleures joueuses de l'équipe et je suis très contente d'avoir les meilleures joueuses dans mon club. Le principal, c'est qu'on puisse aider le groupe. Il est important de continuer à être performantes pour amener le Paris Saint-Germain le plus haut possible.

C'est elle qui vous fait la passe pour le but de la victoire contre Lyon, qui vous permet d'être leader du championnat. Ce succès a-t-il déjà eu un impact positif dans les têtes des filles ?

On a beaucoup travaillé pour arracher cette victoire contre Lyon. On l'espérait tellement. J'espère qu'elle nous permettra de voir encore plus haut, mais il ne faut pas tomber dans l'excès de confiance non plus. Il faut continuer à travailler comme on l'a fait jusqu'ici. Ce n'est qu'une victoire et on va tenter d'aller chercher plus.

Est-ce que ça va être la saison du PSG ? Cette équipe peut-elle être performante sur la durée, dans toutes les compétitions ?

On est capable. On a passé un palier difficile avec cette victoire contre Lyon, ça doit nous servir, mais ce n'est que début juin qu'on pourra dire si oui ou non on a passé un cap cette saison. On va continuer à travailler et on ne lâchera pas.

Quid de votre contrat au PSG qui se termine en 2022 ? Le club a-t-il entamé des discussions pour vous prolonger ?

Je suis très heureuse au PSG. Je discute souvent avec la direction, tout va bien. Je ne suis pas pressée.

Propos recueillis par Benjamin Quarez