Barça - Ronald Koeman n'accorde pas d'importance aux critiques

koeman
(C)Getty Images
L'entraîneur du Barça veut continuer à faire progresser son équipe, malgré la défaite face au PSG en C1.

Plus les années passent, plus la lumière au bout du tunnel s'éloigne pour le FC Barcelone. Peinant à retrouver son lustre d'antan, le club catalan, vainqueur de la Ligue des Champions en 2015, enchaîne les désillusions à l'échelle continentale. Dernière en date, la fessée infligée par le Paris Saint-Germain (1-4), mardi soir.

PSG-Monaco, Mauricio Pochettino : "Il n'y a pas de place pour le relâchement"​

Face à son nouveau meilleur ennemi qu’est le PSG et sans Neymar, le FC Barcelone a en effet mordu la poussière face au talent parisien incarné par Kylian Mbappé, auteur d’un triplé. Malgré l’ouverture du score de Messi sur penalty et une relative maîtrise durant le premier acte, les Catalans ont sombré en deuxième période sous les accélérations parisiennes. Censé incarner le renouveau du Barça, Ronald Koeman n’a pu que constater les dégâts. Il est plus que jamais sous le feu des critiques.

"Montrer que nous pouvons nous améliorer et gagner"

Car sans surprise, cet échec en huitième de finale aller de la plus prestigieuse des compétitions européennes ne passe pas pour les médias ibériques, pas tendres avec Lionel Messi et ses partenaires. Bien que fragilisé, Ronald Koeman a confié ne pas accorder trop d'importance aux critiques extérieures.

"Je n'ai rien contre les commentaires sévères et les conclusions hâtives de la presse. Mon travail consiste à préparer chaque match. Nous devons avant tout encourager et montrer notre fierté d'être un joueur du FC Barcelone. Nous devons montrer que nous pouvons nous améliorer et gagner", a-t-il confié en conférence de presse.

Troisième de la Liga, le Barça doit impérativement prendre les trois points face à Cadix, dimanche après-midi, sous peine d'être largement distancé par l'Atlético de Madrid, leader. Sans succès face à l'actuel quinzième du championnat espagnol, les Catalans s'enliseraient encore un peu plus dans la crise...

Fermer