Pays-Bas, Suisse, Kosovo... Les belles surprises de la Ligue des Nations

Commentaires()
Getty
​La nouvelle compétition de l'UEFA s'est achevée ce mardi. Et parmi les 50 équipes en lice, certaines ont été au delà des attentes. Présentations.

  1. Getty

    #1 Les Pays-Bas - Étoiles parmi les étoiles

    Non qualifiés pour la dernière Coupe du Monde et tombés dans le groupe le plus relevé sur le papier, au beau milieu des deux derniers champions du monde que sont la France (2018) et l'Allemagne (2014), les Pays-Bas de Ronald Koeman n'ont pas fait de complexes durant leur campagne de Ligue des Nations. Bien au contraire. 

    Défaits à une seule reprise (2-1 face aux Bleus), sur la pelouse d'un Stade de France des grands soirs qui plus est, les Oranjes et leur jeunesse prometteuse ne se sont pas démobilisés et sont allés arracher leur billet pour le Final Four dans les ultimes minutes de l'ultime rencontre face à la Mannschaft (2-2), parvenant à égaliser après avoir été menés 2-0.

    Une juste récompense tant l'allant offensif des Bataves a été séduisant ces dernières semaines, parvenant à battre et l'Allemagne (3-0) et la France (2-0) sans encaisser le moindre but à domicile. Prometteur. 
  2. Getty

    #2 La Suisse - Modèle d'abnégation

    De plus en plus régulière au haut niveau ces dernières années, la Suisse, peu satisfaite de sa Coupe du Monde en Russie, ne cachait pas ses ambitions à l'aube de la toute première Ligue des Nations dans laquelle elle héritait de la Belgique et de l'Islande comme adversaires. Supérieure à l'Islande mais sur le papier inférieure aux Diables Rouges, la Nati a pourtant su déjouer tous les pronostiques en inversant la tendance au terme d'une rencontre qui, à coup sûr, restera dans les annales. 

    En effet, devancée de trois points au coup d'envoi de son ultime rencontre face à la Belgique, la Suisse, rapidemment menée 2 à 0 par les protégés de Roberto Martinez, a su se remobiliser et croire en sa chance jusqu'au bout. Une détermination qui a été largement récompensée, puisque les partenaires de Granit Xhaka l'ont tout simplement emporté 5 buts à 2. Un festival offensif qui leur a permis de se qualifier pour le Final Four. Hold-up. 
  3. AA

    #3 La Bosnie-Herzégovine - Sans bavure

    Mehmed Baždarević ayant échoué dans sa mission "qualification pour le Mondial 2018", la Bosnie-Herzégovine s'était offert le luxe de réfléchir sur sa succession pendant près de trois mois. Finalement, la Fédération bosnienne avait opté pour Robert Prosinečki, l'ancien joueur croate passé par le Real Madrid et le FC Barcelone, qui s'était déjà quelque peu distingué par son bon travail effectué avec la modeste sélection de l'Azerbaïdjan. 

    Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le choix s'est avéré payant. Bilan de la campagne bosnienne en Ligue des Nations ? 4 matches disputés, 3 remportés, 10 points, 5 buts marqués et un seul encaissé. Une belle réussite dans un groupe complété par l'Autriche et l'Irlande du Nord, qui lui ouvre les portes de la Ligue A. Propre, net et sans bavure. 
  4. Gettyimages

    #4 L'Ukraine - Une place en Ligue A

    Tombée dans un groupe particulièrement homogène, aux côtés de République Tchèque et de la Slovaquie, l'Ukraine pouvait aussi bien rêver de Ligue A que craindre une relégation en Ligue C, il y a encore quelques mois. 

    Sauf que forts de leurs 9 points au compteur après 3 victoires remportées en 4 matches, les Ukrainiens, inspirés, ont donc opté pour la première option. Résultat des courses, sans strass et paillettes, les protégés de l'illustre Andreï Chevtchenko, Ballon d'Or en 2004 et ancienne gloire de l'AC Milan, goûteront prochainement aux joûtes de la Ligue A. 
  5. Getty Images

    #5 La Serbie - En promenade de santé

    Pourvoyeuse de talents pour les clubs européens depuis de nombreuses années désormais, la Serbie est une sélection composée de joueurs évoluant dans de très bons clubs, jouissant donc d'une certaine expérience du haut niveau. Pourtant, c'est bel et bien en Ligue C que les Aigles blancs devaient batailler pour faire respecter leur rang. 

    Néanmoins, batailler n'est pas vraiment le terme adéquat. Et pour cause, face à la Roumanie, le Monténégro et la Roumanie, les partenaires de Sergej Milinković-Savić n'ont pas tremblé. Terminant première de son groupe, la Serbie n'a tout simplement pas connu le goût de la défaite en six rencontres, méritant donc largement de rejoindre la Ligue B. 
  6. #6 La Norvège - Sans faire de bruit

    Battue en Bulgarie (1-0) en septembre, la Norvège avait commencé dans la difficulté son parcours en Ligue des Nations, figurant dans un groupe semblant à priori équilibré, complété par Chypre et la Slovénie. 

    Néanmoins, la formation nordique est parvenue ensuite à se remettre en ordre de marche, notamment emmenée par les frères Elyounoussi et le joueur de l'AS Saint-Etienne Ole Selnaes, véritable métronome de la sélection à seulement 24 ans. Loin d'être flamboyante mais compensant par une discipline de tous les instants, la Norvège est parvenue à terminer 1ère de son groupe avec 13 points au compteur et peut désormais entrevoir son avenir avec sérénité, en Ligue B qui plus est. 
  7. Getty/Goal

    #7 Le Kosovo - Débuts prometteurs

    Admise en tant que 55ème membre de l'UEFA le 3 mai 2016, le Kosovo est une sélection qui, de par son statut de nouveau né, abordait la Ligue des Nations avec les yeux grands ouverts et n'ayant que du positif à en tirer. 

    Néanmoins, c'est sans complexe que la jeune sélection a affronté l'Azerbaïdjan, Malte et les Iles Féroé. Et force est de constater que le potentiel est certain, puisque l'équipe entraînée par le Suisse Bernard Challandes a passé son premier examen haut la main, ayant terminée première avec pas moins de 5 points d'avance sur son dauphin et surtout invaincue. Si le Kosovo a donc validé sa place dans la Ligue C, l'Euro 2020 fait désormais office d'objectif ultime. Ambition. 
  8. #8 La Géorgie- Trop forte pour son groupe

    À mi-chemin entre l'Europe et l'Asie, la Géorgie est un petit pays, à l'image de sa sélection nationale. Toutefois, bien que modeste, la Géorgie s'est offert le luxe d'intégrer la Ligue C, à la faveur d'une campagne de Ligue des Nations rondement menée. 

    En effet, avec 16 points au compteur - 10 de plus que son dauphin - et 5 victoires en 6 matches, c'est bel et bien haut la main que la sélection dirigée par Vladimír Weiss a validé son ticket, ayant même terminée invaincue.