PSG-Monaco (0-2) : sans Verratti, ce n'est plus le même Paris

Mauro Icardi Ander Herrera PSG Monaco Ligue 1 21022021
Getty
Sur le banc pendant plus d'une mi-temps ce dimanche contre Monaco (0-2), Marco Verratti a cruellement manqué au milieu de terrain parisien.

Le constat est implacable. Sans Marco Verratti, le milieu de terrain du PSG devient banal, livide et perd toute créativité. La réception de Monaco (0-2), ce dimanche au Parc des Princes, n'a fait que le confirmer. Laissé sur le banc pendant 55 minutes par Mauricio Pochettino, l'ancien joueur de Pescara a cruellement manqué à son équipe par son engagement et sa capacité à casser les lignes avec et sans ballon. Ni Idrissa Gueye, ni Ander Herrera, tous deux remplacés très tôt en seconde période, n'ont su le seconder.

La déception est d'autant plus grande que l'entraîneur parisien n'avait effectué qu'un changement dans son onze de départ par rapport à l'équipe alignée mardi à Barcelone. Seul Verratti s'est assis sur le banc au profit d'Herrera, auteur d'une belle entrée au Camp Nou. Mais les rencontres se suivent et ne se ressemblent décidément pas cette saison pour le PSG. Herrera n'a pas eu l'impact souhaité, ne créant presque rien par son jeu vers l'avant sur ses 53 ballons touchés.

Pas de création... rien !

Pire, l'ancien Mancunien s'est rendu coupable d'une erreur de débutant sur le second but monégasque en offrant un angle de frappe idéal à Guillermo Maripan (0-2, 52e). Gueye a été plus en vue (81 ballons) mais lui aussi n'a pas eu le rayonnement espéré. Il a pourtant été l'un des seuls à tenter sa chance en première mi-temps d'un tir en dehors de la surface qui est venu fleurter avec le montant droit du but gardé par Benjamin Lecomte (35e). Remplacé en même temps que son compère Herrera, le Sénégalais est sorti le visage fermé.

L'article continue ci-dessous

L'heure n'était pas à la fête pour Paris. Même Paredes, pourtant si bon cinq jours plus tôt en Catalogne, est passé au travers. Une prestation à des années lumières de l'excellente copie rendue face au Barça qui rappelle que ce PSG est vraiment capable du meilleur comme du pire.

Le poids des absents s'est nettement fait ressentir. Toujours privé de ses artistes Angel Di Maria et Neymar, blessés et indisponibles, le PSG se retrouve orphelin de vrais meneurs de jeu. Encore plus quand Verratti ne démarre pas les matches. L'Italien a bien tenté de remettre de l'ordre lors de ses 35 minutes sur la pelouse mais le mal était fait et comme ses partenaires il n'a fait que se heurter à un bloc qui a parfaitement verouillé les quelques offensives parisiennes. Drôle de réveil pour Paris... À côté de la plaque.

Benjamin Quarez, au Parc des Princes.

Fermer