News Résultats en direct
Monaco

Monaco, Jardim : "Je ne suis pas une victime"

08:30 UTC+1 03/01/2020
Leonardo Jardim
L'ex-entraîneur de l'AS Monaco est revenu sur son second limogeage en un peu plus d'un an, intervenu lors de la trêve hivernale.

Bis répétita pour Leonardo Jardim. La saison dernière, l'entraîneur portugais n'avait pas passé l'automne, rapidement limogé après un départ catastrophique de l'AS Monaco en championnat, et finalement rappelé au chevet du club trois mois plus tard, après que les résultats sous Thierry Henry ne se soient guère amélioré. Cette fois-ci, Leonardo Jardim n'a pas passé l'hiver. Oleg Petrov a décidé de se séparer du technicien portugais pendant la trêve nommant à sa place Roberto Moreno.

Petrov (Monaco) : "Un gâchis financier"

Dans une interview accordée à L'Equipe, Leonardo Jardim est sorti du silence après son éviction de l'AS Monaco : "J'ai accepté cette interview parce qu'il faut rétablir certaines vérités et laisser, ensuite, Monaco faire son chemin tranquillement. Il y a des gens qui ne veulent pas ou ne peuvent pas regarder les choses comme elles sont. Mais pour moi elles sont simples : je suis revenu au club à la demande du patron, monsieur Dimitri. Après, nous réussissons une très belle série, et monsieur Petrov intègre le club. Sincèrement, de mon côté, je n'ai jamais senti que j'étais son entraîneur. À ses yeux, j'ai toujours été l'entraîneur du président et peut-être de Vadim, avant. La décision qui a été prise, c'est un peu la conséquence de cela".

"La victime d'une lutte de pouvoir contre Petrov ? Non, je ne suis pas une victime ! Cette interview c'est pour remettre l'église au milieu du village, comme vous dites en France. Et quelle lutte de pouvoir ? Les gens semblent croire que j'ai fait embaucher vingt personnes au club, mais j'ai amené quatre personnes, les quatre Portugais du staff. Pas une de plus. Mon problème c'est le terrain, c'est d'amener des personnes de qualité qui ont l'envie, qui veulent gagner des matches", a expliqué le technicien portugais.

"Si le club veut que je parte, je pars"

Leonardo Jardim révèle qu'il a failli quitter le club dès cet été : "À la mi-août, j'ai demandé à partir parce que je ne voulais pas disputer une deuxième fois le maintien. J'ai été bien clair : si le club veut que je parte, je pars. La réponse du club, celle de monsieur Dimitri, je pense, ça a été non : « On sait bien que l'équipe a besoin de plus de joueurs, et d'ici à la fin du mois on va essayer de recruter les deux ou trois joueurs que vous voulez. » C'est alors que sont arrivés Bakayoko, Slimani, Maripan, pour équilibrer l'effectif".

Roberto Moreno remplace Leonardo Jardim à Monaco

L'ancien entraîneur de l'AS Monaco ne pensait pas être viré lors de la trêve : "Un sursis après la victoire à Lille ? Non, pourquoi je me dirais ça ? Je viens de prendre dix points sur douze ! Ce que je vois, c'est que des clubs mieux organisés et qui n'ont pas joué le maintien la saison passée ont une moyenne inférieure à deux points par match cette saison. Quand je pars en vacances, je sens qu'il y a beaucoup de bruits, et je me dis qu'il se passe quelque chose que je ne peux pas contrôler. Mais je n'aime pas écrire le scénario à l'avance. Après Noël, Oleg m'a appelé pour me donner rendez-vous. À ce moment-là, oui, je suis presque sûr de ce qui va se passer. Après l'entretien, je suis rentré à la maison, j'ai expliqué la situation à ma femme".

Rien d'autre ? Non, j'étais plus inquiet la première fois, parce que j'avais peur que l'équipe ne descende. Cette fois, l'équipe ne va pas descendre. Si tout marche normalement, elle va monter sur le podium. Il m'a seulement dit que c'était à sa demande que le président avait pris cette décision. Je n'ai pas encore vu le président. Mais j'ai une grande admiration pour monsieur Dimitri", a conclu Leonardo Jardim qui souhaite l'AS Monaco finir sa saison en paix.